AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

“{ D I S C O M F O R T } •• Valeno”

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 204
Date d'inscription : 22/03/2017
Zeno J. Clark
rouge
avatar
Lun 27 Mar - 22:09Zeno J. Clark
rouge

Un silence règne en ces lieux,
cela ne semble pas si
D I F F E R E N T
de la veille. Une rengaine
que je connais bien à présent,
M O N O T O N E
et habituelle. Rien ne
semble jamais réellement
C H A N G E R.

Un craquement dans un silence presque absolue. Aucune ombre, aucune âme qui vive, c'est cette impression d'un malaise ambiant qui grimpe dans cet appartement. Comme si le néant régnait, que les entités avaient finalement péris. Le froissement d'un paquet relève pourtant le niveau des abîmes vides de l'endroit, le froissement d'un paquet de chips et d'un vague fond sonore musicale, d'un ongle qui se ronge également. Posté devant des avis de recherches qui habillent les murs froids de l'endroit, une respiration calme s'aventure. Tu es là, Zeno. Comme tous les soirs avant que l'aube ne finissent par disparaître, avant que l'astre lunaire ne luit trop fort, trop haut dans le ciel, tu erres en ces lieux. Entre le salon, la cuisine et la chambre. Dans un silence presque religieux, tu songes. Trop fortement, trop bruyamment et pourtant comme un fantôme, personne ne sait que tu es là si tu n'allumes pas les lumières qui se meurent sur les meubles vides. Personne parce que le bruit n'erre que dans cet esprit tourmenté, en perpétuel recherche, en perpétuelle action. Un bref soupir passe tes lippes soudainement, cependant. Un soupir qui signe qu'une fatigue te prend, que rien n'avance encore une fois et que cela semble vouer à l'échec pour ne pas changer. Alors fatigué, blasé, tu te lèves pour te faire un café. Et la cafetière qui s'anime brise ce silence, ce malaise qui vibre entre ces murs. « Comme d'hab... » tu lâches soudainement ces quelques mots, quelques mots qui ne sont pour personne si ce n'est toi. Parce qu'ici, il n'y a personne à part toi et... Ton regard dévie, cherche une seconde et trouve rapidement sur l'arbre, la montagne de poil. « Sisty... tu veux manger ? » la bête lève le regard vers toi. En silence lui aussi, il attendait simplement que tu poses ton attention sur lui pour se manifester. Les miaulements débarquent brutalement, il descend pour courir jusqu'à tes pieds, content. Ce chat... Ce chat te ressemble. Non, disons qu'il semble comprendre plutôt.

Encore une soirée qui s'échappe,
qui file entre mes doigts qui tentent de
S ' A C C R O C H E R
vainement à une réalité qui se
détériore, qui se meurt, se
F I S S U R E
lentement. Dans cet océan de silence,
de solitude, j'entends soudainement un
T O C – T O C
à ma porte d'entrée.

Lentement, les croquettes arrêtent de s'écouler dans la gamelle de la bête, la posant sur le sol avant de te détourner vers la porte d'entrée. Une seconde, tu songes, planté sur place sans bouger. Tu songes à qui cela peut-il être à cette heure-ci. Plusieurs options semblent pointer le bout de leur nez étrangement, comme si dans ce monde détruit, tu avais finalement plus de gens qui puissent venir à toi qu'avant. Une sensation qui arrache un sourire à tes lippes, t'avançant déjà jusqu'à la poignée pour ouvrir. Alors ses cheveux blonds, son charme naturel, cette aura bordélique te prend les tripes directement. Il suffit d'une seconde, une seule seconde pour qu'elle t'attire dans ce monde d'incompréhension presque mutuelle. « Valentina... qu'est-ce qui t'amène ?... » un doute, un tas de question qui te sortent de tes pensées précédentes. Alors peut-être que sa présence n'est pas un mal finalement quand elle arrive à te faire oublier ce sur quoi tu te penchais depuis des heures, des jours, des mois, des années. Une attraction et des maux de tête, c'est ce que représente cette femme, mais tu sembles étonné. Étonné de la voir ici à cette heure. « Entre... » la porte reste ouverte derrière toi alors que déjà tu retourne à ta cafetière, vérifiant qu'une catastrophe ne survienne pas quand ton attention est perturbée. Et le silence revient, ton silence, mais peut-être qu'elle viendra à le briser une nouvelle fois. Non, en réalité elle le fera, comme à chaque fois.
Love you
 
{ D I S C O M F O R T } •• Valeno
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Happy Pills :: New Haven :: Chapel Street :: Appartements et maisons-
Sauter vers: