AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

“It Don't Mean A Thing // Nikoline”

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 38
Date d'inscription : 24/02/2017
Guillermo Diop
rouge
avatar
Mar 28 Mar - 21:29Guillermo Diop
rouge
Un casino ! Voilà un endroit où j'ai pas de raison d'être.
Déjà parce que jouer avec la thune est pas dans mes habitudes. Parce que j'aime pas l'idée, et puis surtout aussi parce qu'en général je suis serré à ce niveau-là, donc j'ai pas vraiment de thune, pour jouer avec. Bref !
The Orchid... Voilà un endroit où j'ai pas de raison d'être.
Voilà un endroit où j'ai pas de raison d'être, on me verrait mieux dans un bar, ou même dans la rue, n'importe où, n'importe où, même au bord du lac enfin non — non, plus depuis qu'Anton Blakely y est mort.

J'ai le cœur qui se serre un instant quand je me rappelle du moment où je l'ai trouvé.

Pense à autre chose... The Orchid. Le casino. Là où je ne devrais pas être, mais.

Mais c'est un casino et une salle de spectacle.
Mais y paraît que le proprio chante comme un dieu et que sa femme est danseuse de tango.
Il paraît qu'il chante du jazz et qu'il y a une nouvelle et talentueuse joueuse de piano.
Tango. Jazz. Piano. Salle de spectacle.
J'ai les poils qui se hérissent à ces mots.

(Oubliée, envolée, l'image du suicidé)

Du coup, je me suis dit, ce soir, je me donne en spectacle. Oublions, effaçons l'image du suicidé, l'image des interrogations des flics sur le sujet.
J'ai tout préparé. Je me suis même fait beau. J'ai attaché mes dreads en chignon, essayé cinq t-shirts et une chemise avant d'élire la chemise, unie, vert émeraude. J'ai hésité longuement entre short cargo et sarouel avant de demander à mon voisin de palier qui a soixante-deux ans s'il n'avait pas un pantalon « classe » à me dépanner, et finalement j'ai opté pour le short cargo.
(Toute sa vie il a été ouvrier dans le bâtiment)
Il m'a demandé si j'allais à un rencard, je lui ai répondu en riant que je me mettais pas autant en quatre, pour un rencard.
J'ai mis mes chaussures de skate, enfin — on pouvait dire qu'en terme de classe, j'étais à un chignon et une chemise sur un vieux short et de vieilles pompes, donc un niveau assez moyen.

J'ai pris mon skate sous le bras et j'ai roulé direction la rue de Néon, je l'ai fourré dans mon sac à l'entrée et j'ai suivi la mélodie du piano. Et là, j'ai un peu perdu le contrôle, j'ai fait glisser mon sac au pied d'un tabouret, mais j'ai pas perdu pied, uniquement le contrôle, parce que je l'ai abdiqué face à une force trop profonde pour être réprimée et, des frissons plein l'échine, je me suis mis à danser.
Messages : 70
Date d'inscription : 12/03/2017
Nikoline C. Walsh
bleu
avatar
it dont mean a thing
C’est la peur de la rature qui gronde au fond des entrailles. C’est la terreur de l’énième fausse note qui lui coupe le souffle. C’est la phobie des dissonances, des discordances ; c’est l’accumulation du désespoir jaillissant de l'âme qui vient la terroriser et rend son corps inerte, inapte, incapable. Alors elle tire sur cette clope comme si l’air venait à manquer, elle recrache les effluves empoisonnées qui s'improvisent à l'asphyxier. Elle tapote du pied, tripote sa robe, ferme les yeux. Elle respire, expire, coupe sa respiration durant des secondes paraissant être une éternité. Et le talon s’écrase sous le mégot.

Il était l’heure du show.

Les notes se fracassent avec violence. Car elles sont là, elles sont partout. Elles la suivent à la trace, la collent aux basques. Elles l'étouffent et paradent de leurs membres désarticulés et disloqués. Elles viennent nourrir une fois de plus la rancœur viscérale qu'entretient Nikoline à leur égard. Alors impuissante, elle souhaite et désire l'abdication sous les murmures de la Colère. Car elle n'arrive à rien — jamais. Pas une seule fois une parfaite interprétation depuis ce jour. Elle pourrait mourir sous l'indignation. Elle voudrait mourir sous l'indignation. Pourtant, la tête reste haute et le regard ne transparaît rien. Elle s'exécute machinalement, telle une automate.

Passant outre.

Et le temps s'écoule, allegro ou lento, qu'en sait-elle. La notion lui file entre les doigts. Seule la pièce y est indicatrice, par la clientèle commençant à se démultiplier. Alors elle entonne quelque chose de plus mouvementé, pour donner vie aux consommateurs et leur insuffler assez d'envie pour rester et dépenser.

It don't mean a thing if it ain't that swing.

Elle manque de se figer lorsqu'un homme vient accorder de la considération pour sa musique, aussi peu conventionnel soit-il vêtu dans un lieu pareil. Il semble être séduit par l'instabilité de son interprétation et il danse ; il se lance sur la piste et donne de sa personne, jusqu'à s'oublier pour finir enfiévré par le rythme de ses pas. Il a le groove et les gestes ; il a cette fluidité époustouflante et cette aura magistrale venant accompagner sa silhouette. C'est la vibe incandescente qui l'anime alors et Nikoline veut se prêter au jeu, elle aussi. Ainsi les mains se concentrent,
l'encéphale se vide,
le souffle se coupe
et

Les notes vrombissent et détonnent.

Elle tente de ne plus réfléchir, d'effacer les fausses notes et ne penser qu'au plaisir ; comme avant. Comme maintenant.
notes
smh désolée j'aime trop changer les choses en général car je me lasse trop vite mdr + j'aimais plus tant que ça l'ancien codage enfin bref sry si ça te brusque
 
It Don't Mean A Thing // Nikoline
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» hederian ▲ only one thing matters, we’re still here.
» The funny thing about a strong woman is that she doesn't need you... She wants you. And if you start slacking she'll be content without you. ~ Kanon.
» [RP Privé] i see thing that nobody else see
» So many thing to tell you ★ Calypso & Mathis
» Sweetest thing △ 17/05 | 14h05
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Happy Pills :: New Haven :: Centre-Ville :: Rue des néons :: The Orchid-
Sauter vers: