AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

“Noir nuance café ♟ Zeno [END]”

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 74
Date d'inscription : 28/03/2017
Nico Berkley
bleu
avatar
Ven 31 Mar - 17:01Nico Berkley
bleu



Zeno & Nico
Lost in the thrill of it all
MUSIC ; Tu te sentais désoeuvrée aujourd'hui. T'avais vaguement tapoté deux trois conneries sur ton ordinateur, fait mumuse avec un modèle de coffre qu'un client t'avais envoyé en début de semaine. Tu t'ennuyais en faisant ce qui te passionnais. Misère.
Alors t'as pris ton temps, tu t'es bien sappée et t'as traîné dans la salle de bain, les yeux plantés dans ton miroir, à observer tout ce qui te plaisait chez toi. Puis tu t'es bien appliquée, à étaler tout ce maquillage sur ton visage comme si tu comptais rencontrer l'amour de ta vie d'ici une heure. Ce qui n'est certainement pas le cas, puisque l'amour de ta vie, tu as déjà du la larguer sans aucune classe. Ou en disparaissant, tu l'avais fait plusieurs fois déjà ça. Tout simplement.

Quand tu sors de ta chambre, tu te sens fraîche comme la rosée du matin. Même plus encore. T'as les cheveux qui volent légèrement autour de ton visage, ton pull tombe exactement comme il faut sur ton jeans, tes chaussures sont assorties à ta veste et ton sac rappelle la teinte de ton pull. Rouge bordeaux. Comme tes lèvres. Tu sors et déjà tu coinces une cigarette entre tes doigts, dans ta tête c'est comme dans un clip. Tu marches au ralenti avec de la musique qui tonne à chacun de tes pas, et tout le monde (je dis bien tout le monde) est censé se retourner sur ton passage.
T'es narcissique à en mourir.

Tu marches, tu te balades, tu traînes ta carcasse. Je suis sûre que si on te secouait, toutes les pilules que t'as avalé ferait ''deling deling deling'' dans ton corps.
Et finalement, tu t'abandonnes en terrasse. T'attaques ta quinzième cigarette depuis que t'es sortie. Cette nuit t'auras l'impression qu'on t'a vidé un cendrier dans la bouche, et ton premier réflexe en te levant sera de cracher dans l'évier en pensant que tu rejetterais de la cendre.
T'attends que le serveur vienne te voir, tu demandes un café noir, sans sucre et sans petit gâteau décoratif. Tu les manges pas de toute façon. Quand t'étais petite, ton père les gardait dans sa poche de jeans, puis quand vous vous baladiez dans un parc, il les ressortait et te les donnait pour que tu nourrisses les oiseaux (pigeons en l'occurrence). T'adorais ça.
Tu jetais un oeil à ton serveur, voir s'il traînait pas à t'apporter ton café chéri. Tu te disais que t'aurais préféré que ce soit sa charmante petite collègue qui te serve.
De ton sac à main, tu sortais une boîte de pilule, et t'en avalais une, parce que c'est l'heure. Puis tu rallumes une cigarette, tandis que le serveur pose la tasse blanche sur ta table.
Décidément, tu trouves ta vie bien morne.
code by nutty
Messages : 204
Date d'inscription : 22/03/2017
Zeno J. Clark
rouge
avatar
Ven 31 Mar - 20:40Zeno J. Clark
rouge

Une journée ordinaire qui erre
s'annonce finalement sous mes
P A S.
Je ne sais pas très bien où
je semble aller à cet
I N S T A N T
mais j'avance sans trop me poser
de questions qui seraient bien
I N U T I L E S
je pense.

Le soleil se dévoile en sainte journée, brillant et éclatant. Une seconde les yeux mornes se lèvent pour défier la vivacité de ce dernier, mais il est bien trop fort. Trop puissant, trop illuminé, tes orbes fatigués se plissent instinctivement. Comme toujours, le sommeil s'en est allé, il s'est enfui, perdu quelque part dans les abîmes du néant. Les heures de repos ressemblent à des chimères aujourd'hui, comme si ce n'était qu'un souhait, qu'un rêve qui ne pouvait plus se réaliser dans la réalité actuelle. Zeno, tu es atteint psychologique, t'es atteint et tu le sais, mais tu ne vas pas te soigner. Parce que le temps est éphémère, il s'égare trop rapidement, s'écoule trop simplement. Pourtant tu as décidé d'errer à présent, sans savoir où aller, mais tu sais ce que tu cherches. Une femme. Depuis quand les nuits habillées des bras d'une femme s'en sont allées également ? Dernièrement, la recherche est devenue amère, mais vitale, nécessaire pour maintenir l’équilibre précaire de ta vie. Un enfant corrodé par le passé, tu n'es rien à tes yeux, même plus une personnalité à proprement parlé. Rien de plus qu'un mouton dans un vaste océan de personnes vides de sens. Un bref soupir passe tes lippes.

Une journée presque ordinaire,
oui presque ordinaire alors que mes
Y E U X
se posent soudainement sur toi.
Assisse à une terrasse de café comme si de
R I E N
n'était. J'hésite une seconde, un bref
moment alors que mon ongle revient se
R O N G E R
naturellement.

Un pas mal assuré, visiblement mal à l'aise. Le terrain de chasse est tard le soir en général, lorsque les lumières ne sont plus, lorsqu'elles s'en sont allées, cachées dans un coin. Aujourd'hui tu te retrouves pourtant là, avançant jusqu'à elle finalement. Devant cette mauvaise assurance, il y a une confiance imaginée, imaginaire, simulée, mais tu sais bien y faire à présent, sinon tu n'approcherais jamais personne, isolé. « Salut... ça vous dit de prendre un verre avec moi ? » un bref sourire passe tes lèvres, posant la main sur le dossier de la chaise qui lui fait face. Ce n'est pas le moment de lâcher. « Si ça ne vous dérange pas, bien sûr ! » respectueux, tu sais bien que c'est une qualité aux yeux des femmes, peut-être même des gens en général, c'est flou à bien y songer. Le détail n'est plus si important à présent alors que tes orbes se posent sur elle, un intérêt soudain, certain.
Love you
Messages : 74
Date d'inscription : 28/03/2017
Nico Berkley
bleu
avatar
Sam 1 Avr - 10:05Nico Berkley
bleu



Zeno & Nico
Lost in the thrill of it all
MUSIC ; Tu finis ton café, en prenant ton temps. T'allumes encore une cigarette. T'as fait pleins de clin d'oeil à la petite serveuse à croquer, mais apparemment ça a du la gêner, puisqu'elle n'a cessé de te tourner le dos par la suite. Décidément ta journée devenait terriblement ennuyante. Vraiment.
T'en étais venue à consulter tes messages sur ton portable, et pire encore, écouter ta messagerie. Sur l'écran avait défilé les visages de tes clients, te demandant un rendez vous pour tester un coffre, ce genre de chose. Aucun messages personnels. Juste du boulot. En même temps tu avais deux numéros, ce qui était compréhensible. Et ton téléphone perso, tu ne l'utilisais jamais. Qu'au tout dernier moment. En plus tu donnais ton numéro de boulot à tes conquêtes, pour avoir l'essentiel sur ton perso. L'essentiel se résume à une dizaine de contacts. Fade.

Tu voulais recommander un café, mais aucun des deux serveurs ne te captait. Et le jour commençait à tomber pour laisser place à une période de la journée bien plus envoûtante encore.

''salut... ça vous dit de prendre un verre avec moi ?''

Dans ta tête, c'est dualiste. T'as une partie rationnelle qui dit ''pauvre garçon, il doit vraiment être désespéré pour m'aborder de la sorte'' et t'as ton côté narcissique qui hurle ''yeaaaah je brille de splendeur encore une fois''. Tu restes bloquée une demie seconde avant d'esquisser ton grand sourire charmeur. T'as beau pas aimer les mecs, tu t'ennuies à mort et t'adore qu'on t'aborde. Alors tu le détailles, en 2 secondes et demie, parce que t'as le regard aiguisé. Tu vois un géant, assez bien foutu, avec un joli visage. Tu dirais pas l'incarnation de la virilité, mais il doit avoir un sale caractère pour se trouver seul à aborder une nana.

Ouais, pourquoi pas !

Tu répliques très vite, avant de sortir une nouvelle cigarette. Tu te demandes quel âge il a, est ce que c'est un vrai jeune, -parce qu'il ne fait pas très vieux- ou un tricheur, un comme toi qui use et abuse de pilules ? Et tu te demandes comment il va réagir quand tu lui diras ton véritable âge. Plusieurs garçons qui avaient essayé de t'aborder fuyaient à la mention de cette donnée. Une vieille. Toute milf que tu sois, Nico t'es vieille, Nico tu triches. Il serait comment ton corps, sans tout ces petits bonus minuscules ? T'aurais des cheveux blancs, oui déjà. Ton père en a eu super jeune, et la génétique ça pardonne pas. Peut être que les cernes marqueraient le contour de tes yeux, vu les nuits courtes que tu te tapes et les tonnes de café que tu bois. Peut être que ta peau du ventre serait déjà un peu flasque, que t'aurais des poignées d'amour sur les hanches. Que tes seins se casseraient la gueule sans un soutien gorge pour tricher encore et encore.

Finalement, la serveuse vient vous voir. T'es extrêmement déçue de son comportement, même si tu la connais pas. La voilà qui esquisse un grand sourire à ce garçon dont tu ne connais pas encore le nom. D'un ton acerbe, tu demandes un mojito, sans aucune autre forme de politesse. Aucune femme n'est parfaite, mais celle ci étouffe votre hypothétique histoire d'amour naissante en souriant à celui qui est venu t'aborder TOI. L'attention doit se reporter sur ta personne.

Hmm, alors, qu'est ce que tu fais d'intéressant dans la vie ?

Demandes tu en ignorant cette ingrate.
code by nutty
Messages : 204
Date d'inscription : 22/03/2017
Zeno J. Clark
rouge
avatar
Sam 1 Avr - 15:18Zeno J. Clark
rouge

L'espace de quelques secondes,
tu me détailles également, ça me semble
N O R M A L
alors j'en profite pour faire de même
pour remarquer ce qui te rends
U N I Q U E.
Je ne sais toujours pas ce que je fous
devant toi avec mon ton qui sonne
A S S U M E.

Un bref silence, un bref instant. Son regard te détail un moment, c'est un instinct humain, presque primaire, savoir à quoi ressembler les gens. Comme une habitude bien huilée, une routine éternelle. Il n'y a que derrière un écran que cela semble être différent, comme s'il permettait de laisser tomber l'idée. L'idée de savoir si t'es moche, laid ou bien le bg. A la fois c'est relatif à vrai dire, tout dépend sur quel site tu es, n'est-ce pas ? Zeno, tout ça, ça t'intéresse guère à vrai dire alors que sa voix résonne soudainement et tu t'assois face à elle. Au fond, il y a l'incertitude, un malaise grandissant. Tu n'es pas dans ton monde, pas dans cet univers que tu as créé pour remplir tes nuits, mais tu n'as pas la foi d'aller en boîte ce soir, d'aller chasser. Pourtant, c'est comme si Dieu t'avais parlé en déposant cette jeune femme seule à cette terrasse de café. Oui, peut-être que c'est un signe, mais cela n'empêche que derrière ce sourire, il y a toujours une gêne. Une gêne qui se calme un peu lorsque la serveuse te souris, charmeuse. Le respect erre cependant, celui envers cette femme dont la voix acerbe s'élève soudainement, alors tu demandes par la suite : « Je vais prendre un whisky s'il vous plaît. » ni plus, ni moins comme si cette ouverture qu'elle semblait entrevoir chez toi venait de se fermer.

Je sais bien que ce n'est pas
une chose à faire et mes
Y E U X
se sont posés sur toi de prime
abord parce que ton
A U R A
a attirée mon attention. Alors
je lance un bref sourire quand ta voix
S O N N E
encore pour moi.

« Je suis étudiant en criminologie, si on peut dire que c'est ce que je fais de ma vie. Je suis plutôt un glandeur. » un bref rire alors que ton regard s'ancre dans le sien. « Et toi alors ? » tu retournes l'intérêt bien entendu, c'est une base à vrai dire, cependant c'est autre chose qui semble dévorer tes lippes à présent, alors tu lances : « Est-ce que... je peux connaître ton nom ? Je m'appelle Zeno, enchanté ! » une autre base n'est-ce pas ? Ainsi les choses peuvent démarrer en douceur, mais correctement et il s'avère que c'est nécessaire même si ce n'est que pour un soir. Un soir qui n'arrivera jamais, pourtant sans avoir cette conscience encore, l'espoir s'accroche vainement à cette maladresse qui erre en toi. « Hum... t'attendais personne au moins ? » pour ne pas déranger, pour ne pas être une gêne, peut-être que c'est déjà le cas, pourtant les femmes ont tendances à dires les choses de nos jours. Tout du moins, elle doit en faire partie alors qu'il y a une certaine assurance qui s'évapore de ses pores.
Love you
Messages : 74
Date d'inscription : 28/03/2017
Nico Berkley
bleu
avatar
Mer 5 Avr - 15:13Nico Berkley
bleu



Zeno & Nico
Lost in the thrill of it all
MUSIC ; Il s'installe, et commande un whisky. Vous allez donc vous saouler la gueule. Tu souris, doucement. T'espères qu'il n'a pas l'alcool violent, parce qu'un grand dadet comme ça vous met KO en très peu de temps. Tu vois le mal partout. Mais il risque d'être déçu de penser un instant rentrer bredouille de la pêche aux moules sans une charmante jeune femme pendue à son bras. Tu lui en trouveras bien une, s'il daigne t'accompagner ailleurs que ce bar trop loin des rues de fêtes et d'extases.
La jolie petite serveuse s'en va sans mot dire, tu as gagné. Même si ce n'est pas réellement une victoire, puisque tu n'arrives pas à dégager la moindre attirance sexuelle pour ce grand corps assis face à toi. Mais tu es certaine qu'il fera un chouette appât à demoiselle une fois que tu l'auras emmené avec toi.

« je suis étudiant en criminologie, si on peut dire que c'est ce que je fais de ma vie. je suis plutôt un glandeur. »

Hmm, et ça te plaît ? Moi je travaille dans une boîte de sécurité. On fait de l'informatique et du renforcement de coffres forts, ce genre de chose.

En fait, tu n'allais pas lui dire que tu étais auto-entrepreneur, physiquement, tu es bien trop jeune pour l'être. Et t'as envie de le laisser mariner un petit peu encore avant de lui dire la vérité. Tu sors une nouvelle cigarette et tu lui tends le paquet, pour voir s'il va en prendre une, ou si c'est un garçon raisonnable. Tu l'allumes, avec cette bague dans laquelle est intégrée un briquet électrique. La serveuse revient, pose vos verres. Tu ne la remercies même pas, tu l'ignores royalement, parce que tu es une pétasse hautaine. Il te dit qu'il s'appelle Zeno, et tu réponds simplement ''Nico, de même.'' C'est marrant. T'as beau te sentir si haute qu'on ne peut effleurer tes pieds, tu ne sais absolument pas comment t'y prendre avec ce garçon. Quel genre de conversation tu peux aborder.

« hum... t'attendais personne au moins ? »

Tu répliquais aussi sec, un sourire ourlant légèrement tes lèvres.

Voyons, si j'attendais quelqu'un, je ne t'aurais pas proposé de t'assoir !

Tu inclinais un peu la tête et sirotais la boisson bien fraîche qu'on venait de déposer devant toi. Même s'il était dilué, tu sentais l'alcool glisser le long de ta gorge, répandant cette paradoxale vague de chaleur. Ça te donnais un peu d'élan, même si l'alcool n'embrumait pas encore ton esprit.

Alors dis moi Zeno, qu'est ce qu'un charmant jeune homme comme toi fait seul à cette heure ci ? Tu ne sors pas avec tes amis, pour draguer en groupe ?

Tu lâches ça avec un petit sourire, histoire de tâter un peu le terrain, avant de lâcher tes bombes, tes petits secrets.
code by nutty
Messages : 204
Date d'inscription : 22/03/2017
Zeno J. Clark
rouge
avatar
Mer 5 Avr - 18:18Zeno J. Clark
rouge

Une beauté certaine, elle dégage
une aura qui ne correspond pas aux
F E M M E S
que j'ai l'habitude de croiser d'ordinaire.
Maturité que je ne connais pas
V R A I M E N T
chez les femmes de mon âge à peu près.
Intimidant, mais il y a cette envie d'en
S A V O I R
plus.



Silence. Tu l'écoutes avec intérêt, imprègne sa voix dans ton esprit embrumé. Les cours de criminologie devraient aisément faire pencher la balance. Celle qui voit ou non les mensonges chez autrui, mais il y a ce manque d'envie. Celui d'analyser ce qu'elle dit, ce qu'elle fait, ces moindres gestes. Une certaine flemme peut-être alors tu ne prends guère garde à ce petit manège qu'elle mène actuellement. Ce n'est pas bien grave, Zeno. Ce sera drôle alors qu'à présent, un petit sourire orne tes lippes, l'air de rien. Charmeur probablement, mais ça ne fonctionne pas sur une femme de son rang. Tu n'en sais rien et c'est ça qui rend le tout plus jubilatoire alors que ton verre se pose, avalant une grande gorgée immédiatement. Un petit remerciement pour la serveuse cependant, tout de même, léger signe de tête discret. Et l'alcool s'insinue lentement, s'engouffre dans les veines. Liqueurs du péchés, tu n'en as cure alors que l'alcool est une des substances que tu tiens le mieux en ce bas monde. Une chance de vivre à cette époque alors que l'alcoolisme devient impossible. « Disons que je suis préoccupé par autre chose dans la vie, mais c'est intéressant, je pense. L'informatique, est-ce que c'est aussi dur qu'on le dit ? » conversation banale, intérêt sur elle et finalement rassuré. Elle n'attendait personne. Pourquoi ? Cela te semble incongru qu'une belle femme soit solitaire.

Une gorgée pour apaiser un peu
cette aura gênée qui me
M O R D
farouchement la peau.
Manque de confiance à présent que les
L U M I E R E S
sont allumées, c'est stupide. Ou bien est-ce
elle qui est bien trop imposante pour
M O I ?



Un paquet de cigarette apparaît, mais dans un geste rapide, tu sors ton propre paquet de ta poche, lui signifiant que ce n'est pas la peine qu'elle t'en propose une. Comme si tu n'aimais pas prendre aux autres. Alors lentement tu en allumes une également. Un rire s'ensuit. Bref, sincère pourtant. Pourquoi est-ce que tu es seul toi aussi, hein... Finalement cette question semble légitime. Ce n'est pas de l'égo, mais il arrive régulièrement que les femmes te demandent. Tu n'es pas une laideur née, même si tu ne sembles pas comprendre le potentiel entier de ton physique avantageux. Toi, le gamin oublié. « Draguer en groupe, c'est pas un peu gamin ça ? et... Je ne pense pas avoir assez d'amis pour prétendre pouvoir faire ça. Quel intérêt d'ailleurs ? Est-ce que ce n'est pas mieux d'être seul à seul avec la concernée quand il s'agit de drague ? » une latte. Longue, sereine. Alcool et tabac pour apaiser les maux inutiles, les doutes. C'est ce que l'homme aime à croire. « Je me sens plus à l'aise si je n'ai pas quelqu'un que je connais pour m'observer, tu ne crois pas que ce soit plus... sain ? » un sourire, fin. « Mais... je pourrais te retourner la question... pourquoi une femme aussi belle que toi est toute seule ici ? » légèrement, très légèrement tu penches la tête sur le côté, attendant sa réponse avec impatience alors que, cigarette entre l'index et le majeur, verre qui roule dans la main, une nouvelle gorgée.
Love you
Messages : 74
Date d'inscription : 28/03/2017
Nico Berkley
bleu
avatar
Ven 7 Avr - 11:36Nico Berkley
bleu



Zeno & Nico
Lost in the thrill of it all
MUSIC ; La fumée sort par tes narines. Les enfants trouvent que ça te donne des airs de dragon. Mais toi quand tu penses à la fumée, tu te rappelles ce vieux patron, qui un jour avait déclaré qu'à ta mort, ton cadavre expulserait toute cette fumée. Et que tout ceux qui veilleraient autour de toi seraient enveloppés dans ton brouillard nauséabond. Tu as rit, et tu essayais alors de t'imaginer la scène. Et ton coeur avait tressailli quand tu te rendais compte que tu ne savais guère qui se pencherait autour de ton cercueil. Parce que tu es seule, Nico.

« disons que je suis préoccupé par autre chose dans la vie, mais c'est intéressant, je pense. l'informatique, est-ce que c'est aussi dur qu'on le dit ? »

Tout est difficile dans la mesure où tu l'estime inaccessible. L'informatique a cette faculté d'être un langage secret si chiffré que nombreux sont ceux qui l'estiment inaccessible. Enfin, de moins en moins, mais moi ça m'arrange.

Tu aspirais encore un peu d'alcool avec ta paille, mais tu sentais déjà la fin de la boisson. Tu te demandais comment tu allais tourner la chose, parce que la conversation finale approchait. Sinon il aurait l'impression que tu te saoulais la gueule pour faire passer plus vite le temps. Et ça te déplaisais qu'on puisse croire une telle chose. Surtout que si tu tournais ça bien, tu pourrais l'embarquer dans tes plans foireux. Mais déjà il continuait sur le sujet de la drague en groupe ou non. Tu sentais que non seulement, tu allais le décevoir quand à ton orientation sexuelle, mais également risquer de gaffer sur ton âge. Tu aimes tellement avoir raison que tu as tendance à afficher cette maturité qui ne sied absolument pas à ton physique.
Et puis il lâchait une bombe, et ton ego n'en pouvait plus. Tu adore qu'on te complimente. Même si c'est de la drague. Mais qu'importe, tu es lancée.
Tu poses ton verre sur la table, et écrases ta cigarette dans le cendrier, machinalement, avec ce petit sourire flatté qui étire tes lèvres. C'est tellement simple avec toi Nico.

Et bien, je pensais surtout au fait qu'une drague en groupe a un côté rassurant ? Et puis un groupe ne suppose pas un très grand nombre tu sais. Enfin,  les jeunes doivent voir ça différemment aujourd'hui. Première gaffe, et tu n'y prêtais guère attention. Moi j'ai la chance de toujours me trouver au bon endroit au bon moment quand il s'agit de rencontrer quelqu'un. Sinon, les applications de dating font très bien leur boulot.

Une nouvelle cigarette faisait l'aller simple de ton paquet vers ta bouche. Tu l'allumais sans même la regarder, trop habituée à ce geste quasi mécanique. Tes yeux se reportaient sur le visage de Zeno, et tu voyais dans ses traits une jeunesse authentique, quelque chose de frais, qu'une pilule ne saurait jamais recréer. Et quand bien même il pouvait dégager de ce garçon quelque chose de profond, un truc que tu voyais de temps à autre dans ton miroir, à son âge.
D'un coup, tu te demandais s'il n'était pas idiot de lui dire tout de suite. Oui, exactement. Tu faisais signe à la serveuse, et d'un simple contact avec ton téléphone, tu réglais. Sans laisser de pourboire, parce que tu es une ingrate. Normalement, tu en aurais profité pour qu'il t'invite, mais tu aurais été cruelle de le faire payer alors qu'il ne pouvait rien attendre de toi.

Moi quand je suis seule, c'est parce que j'attends un peu d'action. Tu viens, on va dans un bar un peu plus vivant ?

Vous marchiez cinq minutes, simplement le temps de traverser deux rues et pousser la porte d'un pub branché. Il y avait déjà du monde, et tu t'installais à une table. En fait tu n'allais pas lui proposer tes plans pourris, simplement l'y entraîner avec toi.
code by nutty
Messages : 204
Date d'inscription : 22/03/2017
Zeno J. Clark
rouge
avatar
Ven 7 Avr - 13:35Zeno J. Clark
rouge

Une minute s'écoule et
je réfléchis, je
S O N G E
à ce que tu viens de me dire.
Un détail chez toi me
D E R A N G E
m'interpelle, mais je n'arrive
pas à mettre le doigt
D E S S U S.

Regard ancré, sans un mot sa voix résonne encore et tu l'inscris lentement dans ton esprit. Chaque détail, chaque morceau qui rend une personne unique, tout se note méticuleusement dans cet esprit tordu. Criminologue entraîne bien des séquelles irréversible chez les élèves alors qu'une bouffée vient s'échapper de tes lèvres. Une gorgée vient remplacer le vide, glissant une nouvelle fois dans la trachée et alors tu remarques. Remarques qu'il n'y a plus d'alcool à consommer. Silence, tu réfléchis à ce qu'elle vient de te dire, tout ce qu'elle vient de te dire en réalité, tu n'as pas le temps d'assimiler, de te faire une réponse qu'elle paye déjà, attirant la surprise. « Hein ? » c'est perplexe, un peu troublé que tu l'as suis alors. Nico souhaite un endroit plus animé, plus... vivant et c'est plus aisé à ton sens pour draguer. Toi le gamin inutile qui ne sait pas le faire correctement. Bref soupir, sourire amer pourtant amusé. « J'espère qu'on va se trouver au bon endroit au bon moment alors. » les portes s'ouvrent et déjà la belle jeune femme rejoint une table. Rapidement, tu rejoins toi-même une chaise face à la sienne. « C'est moi qui paye cette fois... » parce que la surprise avait été réelle. Si soudainement, si rapide, elle avait payé pour t'embarquer ici. La musique résonne plus fortement en ces lieux, les effluves d'alcools arrivent déjà jusqu'à tes narines, les filles, les hommes, une certaine joie simulée pour une nuit.

Tu voulais un peu d'action
alors voyons voir si ce
L I E U
te convient mieux finalement.
J'observe une seconde les
A L E N T O U R S
et je me demande s'il n'y a
pas un homme qui te
C O N V I E N D R A
peut-être mieux que moi.

Mensonge. Trahison. Peut-être un peu des deux ou rien de tout cela, c'est dans le néant qu'il y a cet espoir encore, mais lorsque la vérité éclatera, tu vas rire. Oh oui, un rire franc passera tes lippes, Zeno parce que c'est situation incongrue et marrante. Pour l'instant cependant, tes orbes se posent sur elle. « Tu veux boire quoi ? La même chose ? » parce que déjà, au vu du monde présent, tu te lèves pour aller au bar directement. Plus rapide, plus simple et ça ne te dérange pas de le faire. Alors à sa réponse, déjà tu n'es plus là, commandant lorsque le jeune homme derrière le bar te remarque. C'est quelques minutes plus tard que tu reviens avec les verres. Il n'y a pas de bonne soirée sans un verre ou deux, pas vrai ? Et pas de bonne drague sans l'aide du péché. Enfin si l'on peut dire que tu puisses bien draguer en réalité. « Hum... dis, c'est quoi ton genre ? » direct, bancal, incertain, mais c'est la seule question qui semble s'être frayer un chemin alors que tu bois une longue gorgée de ton whisky coca.
Love you
Messages : 74
Date d'inscription : 28/03/2017
Nico Berkley
bleu
avatar
Ven 21 Avr - 21:45Nico Berkley
bleu



Zeno & Nico
Lost in the thrill of it all
MUSIC ;
La musique tonitruante ne rendait pas plus aisée la conversation. Mais quelque part, ça t'arrangeais, tu pouvais prétexter ne pas entendre les questions un brin gênantes. Ou celles qui ne te plaisaient pas.
Alors tu lui souriais, en montrant du doigt ton oreille, pour lui signifier que tu n'entendais pas très bien. Quand le serveur passait, tu criais à moitié ce que tu voulais, c'est à dire un mojito. Tu es très portée sur le mojito en ce moment. C'est frais, ça a un goût d'été, c'est pas trop alcoolisé, alors tu as le temps devant toi avant de sombrer dans la déchéance du verre de trop. Et d'un autre côté, ça donne l'air de la nana branchée, celle qui sirote un truc frais, d'un air de rien mais le regard bourré de sous entendu.
D'un coup d'oeil, tu fais le tour de la salle, tu inspectes pour voir qui est abordable, qui est complètement déchiré, qui est en manque de sexe, toutes des cibles potables pour toi et ton partenaire de drague non officiel. Mais tu as décidé que c'était le cas, et tu ne lui demanderais son avis qu'une fois que l'alcool aurait commencé son travail. Finalement, t'arrivais à entendre une question qu'il te posait, parce qu'il avait parlé assez fort pour que tu ne puisse faire mine de ne rien entendre. ''C'est quoi ton genre''.
Ça aurait pu être lui, dans une autre vie. Mais pas dans celle là.
Au même moment, tu repérais une cible idéale. Une jolie nana, seule au comptoir, téléphone à la main. Tu distinguais ses charmants traits d'entre les mèches brunes qui tombaient ici et là, illuminée faiblement par la lumière de l'écran de son téléphone.
Tu te penchais vers Zeno, avec un petit sourire en coin.

Mon genre à moi, c'est ceux qui ne posent pas trop de questions, et qui aiment bien les défis. D'ailleurs j'en ai un pour toi, tu ne bouges pas d'ici et tu me montres si tu arrives à draguer ce que je te ramène.

Et sans un mot de plus, tu te relevais, avant de te diriger vers la nana. L'habituel, salut, tu es toute seule ? Tu attends ton copain ? Non, une amie ? C'est top dans ce cas, tu n'as qu'à venir à notre table, je suis avec un ami suuuper mignon. Ouais ? Super ?
Bon là tu simplifiais, mais tu as toujours eu le contact facile avec les filles. Et les garçons aussi, mais tu préférais avoir plus de facilité avec les filles. Celle la était vraiment jolie, t'espérais que sa copine l'était tout autant. En cinq minutes, tu l'avais ramenée à votre table, et tu faisais des petits clins d'oeil un brin lourd à Zeno. T'agissais comme si c'était un ami de longue date, le pauvre n'a peut être pas l'habitude.
code by nutty
Messages : 204
Date d'inscription : 22/03/2017
Zeno J. Clark
rouge
avatar
Lun 24 Avr - 17:23Zeno J. Clark
rouge

Sans avoir eu le temps
de dire un seul
m o t
elle est déjà parti pour
chercher la fille
s e u l e
au bar et j'inspire
profondément avant de
s o u p i r e r.

Les défis. Comme pour passer le temps un court instant. Comme pour s'amuser, rigoler des échecs d'autrui. Dans cette enfance aux murs moisis, tu n'as pas eu l'habitude de te mesurer à ce genre de situations. Même aujourd'hui alors que les amis se font si rare. Une longue inspiration s'empare de ton entité troublé alors qu'elles reviennent déjà. La nouvelle venue est pas mal, tu songes. Une seconde, un regard. Les détails apparaissent dans ton esprit, chaque particularités de cette jeune demoiselle. Bref sourire en coin lorsque son regard s'ancre dans le tien. Sans un mot, sans un bruit, ta main l'invite à s'asseoir non loin de vous deux. Une gorgée s'emporte dans ta trachée alors que tu fixes Nico un moment, gêné par ses clins d'oeils forcés. Zeno, tu ne sais pas vivre comme les autres, tu ne sais pas comment interagir correctement, pourtant tu veux être criminologue. Quelque part, n'est-ce pas un peu triste pour toi ? « Ahem... tu veux un autre verre ? » approche classique, une voix forte près de son oreille. Parce que dans ce bruit ambiant, il est difficile de communiquer.

Je me sens comme
un mec pris au
p i è g e
qui ne sait pas encore
comment se
d é m e r d e r
pour gagner, pour remporte
pour empocher ledit
p a r i

Une réponse négative te parviens, mais un sourire aussi. Quelque part c'est un peu comme remporter la première balle. Et étrangement, tu te laisses emporté par l'idée de jouer un peu. Sans faire de mal à autrui, sans espoir quelconque. Seulement pour voir l'étendu de tes non talents en drague. Pour amuser Nico probablement. Et pourtant son amie arrive finalement. Et tu remarques quand ses orbes tombent sur Nico, qu'elles se connaissent déjà. Elle hurle son prénom, contente visiblement. Zeno, tu as beau être un peu décalé de ce monde, tu perçois facilement les moindres détails. Un sourcil de hausse, un bref sourire en coin. Tu as compris. Compris que Nico est intéressée par les femmes en priorité ou tout simplement à vrai dire. Ce n'est pas la colère qui t'envahis de te faire berner, mais plutôt un certain amusement à bien y songer. Troller comme disait les jeunes avant. Alors tu prends une gorgée en observant la scène, retournant ton attention sur la belle jeune femme à tes côtés. « C'est quoi ton nom ? Je m'appelle Zeno. » elle répond, enthousiaste de cette attention un simple « Alex ! » et une discussion presque banale s'enclenche alors que tu zieute parfois ton amie de longue date, n'est-ce pas ? Un sourire amusé coller au coin des lippes. « Tu veux danser ? » déjà prête, déjà debout et tu te lèves nonchalamment, adressant un : « Vous voulez venir danser avec nous ? » assez fort pour qu'elles puissent t'entendre.
Love you
Messages : 74
Date d'inscription : 28/03/2017
Nico Berkley
bleu
avatar
Mar 25 Avr - 10:51Nico Berkley
bleu



Zeno & Nico
Lost in the thrill of it all
MUSIC ; Tu es plutôt rassurée. Zeno n'a pas l'air d'avoir mal pris ton petit jeu complètement immature. Tu vois qu'ils commencent à papoter, et tu te penches un peu en arrière, sirotant ton mojito. Si la copine qui se ramène d'ici cinq minutes est aussi bonne que la demoiselle, tu vas sérieusement noter le nom de Zeno dans ton carnet d'amis.
Tu scrutes distraitement la porte du bar, en te demandant quelle genre de fille seule va pousser la porte pour rejoindre son amie. Deux ou trois personnes entrent, mais tous ensemble, donc tu les exclus des potentielles amies.
Et là, tu en distingue une. Juste derrière, qui regarde à droite à gauche. Tu fronces légèrement les sourcils, et dans un faisceau de lumière violette, tu crois reconnaître quelqu'un. Tu tressailles. Non, ce n'est qu'une impression, ce n'est pas possible. Tu croises les doigts en te disant, tout mais pas elle. Et pourtant, elle s'approche. Dans ta tête il y a la musique ultra stressante des films d'horreurs quand l'ignoble tueur s'apprête à ouvrir la porte du placard où la pauvre victime est cachée en se faisant pipi dessus trois fois d'affilé. Tu baisses les yeux vers l'écran de ton téléphone, elle ne t'a pas vue, c'est bon. Mais déjà elle dis bonsoir à son amie, qui la présente à Zeno.
Et là, c'est le drame. Tu entends son ''Oh. Mon. Dieu'' strident qui t'as déjà percé les tympans une bonne dizaine de fois. Elle beugle plus qu'elle hurle ton prénom. Tu relèves la tête au ralenti, comme dans un film, et elle te saute dessus pour te saluer. Tu savais pourtant, que celle ci tu l'avais rencontrée ici. Et que tu ne devais pas revenir.

Bonsoir.

Tu grommelais entre tes dents, tandis que tu l'analysais rapidement. Sa nouvelle coupe lui grossissais le visage, quoique la couleur lui allait bien, en tout cas mieux que l'ancienne. Elle s'habillait toujours mal et n'avait visiblement pas retenu tes conseils de maquillage. Et soudain tu te rappelais que tu étais complètement bourrée quand tu avais couché avec. Oui, au moins complètement bourrée.
Et elle recommençait à parler d'elle, de toi, d'elle et toi qui ne furent qu'un plan cul, un simple plan cul. La boulette.
Tu allais lancer des appels de phare à Zeno, mais tu te rappelais qu'il n'était pas ce fameux ami de longue date, et qu'il discutait avec la jolie nana. Puis il lâchait une bombe. ''Vous voulez venir danser avec nous ?''
Tu n'eu pas le choix, et tu sentais déjà la poigne forte qui t'attirait vers la piste de danse , et la musique. Ta cavalière hurlait ''notre musiiiiiique''. Tu ne comprenais pas cette fascination de tes partenaires qui, quand elles écoutaient une musique romantique avec toi, décidait qu'il s'agirait de ''votre musique''. Surtout que celle ci, qui avait tournée en boucle pendant des mois, au moins deux autres filles avaient décidé que ce serait ''votre musique''.
Donc tu dansais. Tu es une fille patiente, Nico très patiente. Et finalement tu reculais d'un pas, puis deux. Tu prétextais un besoin pressant d'aller aux toilettes. T'aurais bien aimé avoir une carte jocker pour te tirer de cette situation. Enfin, tu avais quelque part un peu de chance. Elle aurait pu péter une crise devant tout le monde et te décrédibiliser complètement. Là, elle te collait.
code by nutty

HRP:
 
Messages : 204
Date d'inscription : 22/03/2017
Zeno J. Clark
rouge
avatar
Dim 30 Avr - 12:39Zeno J. Clark
rouge

Nico semble dans une impasse
alors qu'un fin sourire, un léger
r i r e
passe mes lippes, amusé de
la voir prise au piège
l i t t é r a l e m e n t
parce qu'à cet instant la
situation de cette soirée
s ' i n v e r s e.

Un fin sourire arme les lippes scellées qui n'osent pas s'ouvrir pour rire un bon coup. Un bref coup d'oeil tombe sur elle. Cette fille semble s'être beaucoup attachée à ta nouvelle rencontre du jour. Nico voulait s'amuser à tes dépends, elle a réussi. A présent, elle subissait un revers. Un revers sans que tu ne sois obligé d'y jouer un quelconque rôle. Le destin probablement. Quelque part c'est amusant à voir et en même temps... Oui Zeno, tu aurais presque de pitié pour elle. Parce que cette fille semble collante. Collante, chiante sur les bords aussi. Le genre de femme qui crie avoir trouvé l'amour de sa vie à chaque coin de rue. Celle qui s'accroche dès qu'on l'embrasse ou la frôle. Celle qui pense que coucher un soir signifie presque pour la vie. Sourire peint sur les lèvres, la demoiselle face à toi attrape ton bras. Tentative d'un rapprochement certain alors que tu fais un pas vers elle. C'est ici, dans ce genre d'ambiance, sans avoir besoin des mots que tu sais draguer. Toi le gamin solitaire, le gamin sans identité. Pour toi, les gestes semblent avoir plus de valeurs que les mots. C'est proche que sa voix résonne soudainement. « Ton amie semble mal à l'aise avec la mienne. » léger rire, tu crois le percevoir. « Ouais, je crois également... » amusé. Le défi n'est pas encore remporté et pourtant, il y a cette sensation qui s'insinue. Celle qui laisse à croire que c'est toi qui gagne pour cette fois. C'est comme pour l'affirmer que tes lippes trouvent les siennes, l'embrassant une brève seconde avant de détourne le regard. Nico semble essayer de fuir.

Quelque part, je me demande
souvent pourquoi les gens se
s e n t e n t
presque obligés de coller
ceux pour qui ils ont une grande
a f f e c t i o n
comme si cela leur étaient vital
pourtant dans la réalité, ils ne sont
r i e n.

Incompréhensible. Les orbes suivent cette femme qui suit la blonde. Les oreilles et la queue manquaient à cet instant. Oui, ils manquent dans cette vision qui s'éparpille en ces lieux. Et quelque part des interrogations pointent le bout de leur nez. Pourquoi ? Zeno, peut-être qu'un jour tu seras capable de comprendre cela, mais pour un gamin oublié, c'est difficile de l'interpréter. Tu ne peux le faire qu'au travers de tes cours sur la psychologie, mais c'est bien abstrait. Seulement des mots sur du papier, rien de tangible, rien de vécu. Pourtant, tu n'es pas incapable de comprendre à quel point cela doit être ennuyeux pour Nico. C'est le poids d'un corps contre toi qui te ramène à la réalité alors que la jeune femme se dresse pour quémander tes lèvres une nouvelle fois. Sans broncher, un bref sourire en coin, tu accèdes à sa demande, l'embrassant plus longuement que précédemment. Une minute, deux, trois... combien de temps s'est écoulé avant de relever finalement la tête sur cette pièce ? Aucune idée alors que tu vois Nico revenir, c'est le moment. Celui de filer à présent parce qu'il ne reste plus rien à faire ici. Attrapant la main de ta vis-à-vis, tu reviens vers la table, t'approchant de Nico. « Je te laisse là. Bon courage. » amusé, tu prends son numéro de téléphone pour rester en contact avec elle. Après tout, cette soirée fut divertissante à bien y songer. Une main s'égare alors sur son épaule comme pour l'encourager et tu quittes les lieux avec ta conquête du soir. Celle qui disparaîtra probablement demain matin. Et tu espères. Oui, tu espères qu'elle ne soit pas comme son amie...
Love you

HRP:
 
 
Noir nuance café ♟ Zeno [END]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le café doit être noir comme l'enfer, fort comme la mort et doux comme l'amour. [Tous]
» Croisé Caniche noir à la SPA de Dunkerque
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» griffon noir & feu 8 mois - adoraaable à Béthune ADOPTE
» Nouveau départ [Cherise - Zeno]
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Happy Pills :: New Haven :: Centre-Ville-
Sauter vers: