AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

“the cake is a lie -feat sakura”

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 92
Date d'inscription : 25/02/2017
Ludwig Crawford
bleu
avatar
the cake is a lie
feat Sakura Aoki, 325 mots.
Mars 2032, chez Sakura Aoki, un dimanche après-midi.
Sakura Aoki. Je l'ai attendu, 30 minutes. Mais pas un seul appel, pas un seul sms. Il était censé venir, pour une simple consultation de contrôle, surtout là pour prendre des nouvelles de lui et sa famille à laquelle, je dois l'avouer, je me suis déjà assez attachée. Alors toute la journée, j'y ai pensé, j'ai attendu. Mais rien. J'étais à la fois, déçu et inquiet de ce qui a pu leur arriver. Moi non plus je n'avais pas osé appeler. Trop timide et à la fois trop poli pour vouloir déranger, trop étrange pour que je laisse ça passer, le lendemain, un dimanche, je suis arrivé devant sa porte, gâteau entre les mains pour épater les enfants et à la fois ravir le papa. J'étais fier de mon coup et à la fois anxieux. Et si il n'y avait personne? Et si j'entrai pour y découvrir une horrible scène de crime? Oh non, ça c'est la série d'hier soir qui me fait paniquer...

Je prends une grande inspiration.

D'une main, je tiens mon gâteau, je repositionne correctement ma cravate, je me regarde deux trois fois dans mon portable mais-

[Bon sang Ludwig, va droit au but! Arrête d'esquiver, va droit au but, fonce! De toute manière le gâteau est acheté et il va bien finir pas sortir de chez lui. Et quoi de mieux pour passer pour le dernier des psychopathes. Alors une bonne fois pour toute, sonne!]

Je prends une grande inspiration et de tout mon courage, j'appuie sur la sonnette, qui, je l'entends, elle raisonne dans la maison. Je regarde ma montre inquiet; 16h46. J'espère que le petit ne dormait pas. Mais normalement à cette heure-ci ça ira. J'angoisse, et pourtant je garde cette attitude stoïque et fière qui m'est propre. Pourtant, je le sais, à la seconde où je verrai apparaitre Stan et Sakura, je ne pourrais m'empêcher de leur sourire. Je suis faible pour ses petits hommes en manque d'amour.
© ASHLING POUR EPICODE


Messages : 165
Date d'inscription : 03/03/2017
Sakura Aoki
rouge
avatar
Mar 4 Avr - 14:35Sakura Aoki
rouge
I try to laugh about it
Cover it all up with lies



C'était arrivé. La chair meurtrie qui se refermait. La peau brûlée qui reprenait forme, le sang coagulé qui disparaissait sous les cellules nouvelles comme de la lave en fusion qui devenait roche. C'était bien arrivé. Sa blessure avait disparu, envolée comme un mirage. Il avait d'abord dégluti, paniqué, avait relevé à plusieurs reprises son t-shirt, pensant à un effet de la fatigue, peut-être une hallucination due à la fièvre, une infection oui. Puis son regard bleu avait dérivé vers les bandages tachés de rouge, bien réels. Ils avaient encore la trace des perles rougeâtres et brunies qui ne reviendraient pas dans son corps, et il se sentit nauséeux.

Il n'avait pas voulu revoir le docteur Crawford. Qui sait quelles questions étranges il allait lui poser, peut-être allait-il l'envoyer dans un laboratoire, appeler les tabloïds, le prendre pour un monstre. Alors il avait fui, relevant son haut devant le miroir toutes les heures, à la recherche d'une cicatrice, d'une coupure, l'empreinte infime d'une douleur. Toute cette absurdité l'avait empêché de dormir. Alors il n'avait rien dit quand Jack s'était encore morfondu en pleurs, caressant son dos en silence. Finalement, ce furent les cris aigus de la sonnerie qui l'avait violemment tiré de ses pensées. Stanley s'était précipité pour ouvrir, se mettant sur la pointe des pieds pour atteindre la poignet et tirant avec toute la maladresse de l'enfance, à reculons.

Docteur Ludy ! Son visage s'illumina, avant de se tourner vers l'intérieur de l'appartement. Saku ! C'est Docteur Ludy !

Merveilleux.
Ses pépiements joyeux se heurtèrent aux grognements de son père qui se traîna comme un enfant pris en faute jusqu'à l'entrée, les épaules relevées. Ce n'était pas prévu. Il crut mourir. Il aurait dû aller ouvrir, observer son visage hypertrophié par la petite lentille de la porte pour simuler une absence. Et pourtant, il était là, la mine renfrognée et esquivant les regards de Ludwig.

Ah. Bonjour, Docteur Crawford. Je hm. Je ne m'attendais pas à vous voir. Comment allez-vous ?

La masse folle de cheveux de Stan trouva son chemin sous le bras de Sakura, et il posa ses grands yeux marrons sur le paquet que tenait le médecin.

Oooh, c'est du gâteau ?
Stan...
Il nous a apporté du gâteau ! Je vais faire du thé ! Il disparut en s'élançant de ses petites jambes.
Fais attention avec la bouill- il ne m'écoute pas.

C'est vrai, Stanley ne se doutait de rien. Il adorait le docteur et ses élans de bienveillance. Sakura aussi, il ne pouvait pas mentir, alors il déviait ses yeux pour éviter d'être lu comme tout le monde savait si bien le faire. Mais serait-ce encore le cas ? Aurait-il toujours cette gentillesse pour eux s'il découvrait sa chair intacte ?
Messages : 92
Date d'inscription : 25/02/2017
Ludwig Crawford
bleu
avatar
Sam 22 Avr - 11:42Ludwig Crawford
bleu
the cake is a lie
feat Sakura Aoki, 373 mots.
Mars 2032, chez Sakura Aoki, un dimanche après-midi.

"Fais attention Stanley..." mais déjà le petit garçon s'éloignait, tout heureux.

Les enfants sont des êtres merveilleux. Encore purs, innocent de la société qui les attend. J'ai toujours adoré les enfants. Mais vu mon âge, je n'en aurais certainement jamais. Rien que d'y penser ça me rend triste. Non un mot plus fort que ça. Vide. Mais je ne veux pas y penser. Il n'y aura pas de descendance Crawford, mais ça ne veut pas dire que je peux pas apprécier le sourire et les cris de joie des enfants de temps en temps. Faire comme si, mimer une présence paternelle ou même passer pour un grand-père, ça ne me vexe pas. La preuve; j'étais ici, à la fois pour prendre nouvelle des enfants et d'en prendre aussi d'un plus grand.

Sakura.

Un brave garçon qui aime ses enfants, plus que tout, qui les élève seul qui plus est. Comment ne pas s'attacher? Je suis médecin généraliste, j'ai tout le loisir possible et imaginable pour pouvoir prendre soin de mes patients, plus que de simples clients mais comme de véritables amis. Après tout, après le travail, je suis souvent seul. Je ne vis que par mon métier dirait-on. Mais qu'en ai-je à faire quand mon métier me permet de faire des rencontrer comme la petite famille?

Pas de réponse. Pas besoin d'une.

En voyant la mine boudeuse et les cheveux en bataille de ce dernier, j'avoue avoir lâché un petit rire attendri.

"Allons, allons Sakura, tu n'as pas l'air bien heureux de me voir. Je ne viens pas te sermonner, je m'inquiétais simplement pour toi et les enfants. Tu as raté ton rendez-vous. Sans me prévenir." Je jette un petit coup d’œil à l'intérieur, assez curieux mais pas assez pour être intrusif. "Du coup je suis venu avec un vrai gâteau! Je ne dérange pas j'espère? Je peux juste les déposer et repartir sinon." Bien sûr, je ne suis pas pour la dernière option mais je ne peux l'obliger à me laisser entrer.

Mais j'aimerais tant prendre de leurs nouvelles, et profiter. Mais mes yeux se sont posés sur son corps et....les bandages? Les blessures? Où sont-elles passées? Mon sourire s'est évanoui et j'attends une réponse, vite, pour poser une autre question.

Comment?
© ASHLING POUR EPICODE


Messages : 165
Date d'inscription : 03/03/2017
Sakura Aoki
rouge
avatar
Dim 23 Avr - 22:40Sakura Aoki
rouge
I try to laugh about it
Cover it all up with lies



Instinctivement, sa main vint se poser contre son ventre. C'était à la fois comique et pitoyable, il avait les manières d'une femme enceinte. Et pourtant, il avait bien vu l'air déconfit du médecin, celui-ci avait remarqué la disparition des bandages. Un seul mot lui vint à l'esprit : Merde. Il devait le cacher à tout prix, éviter les questions intrusives, non non, il ne devait pas penser aux journalistes qui se précipiteraient à sa porte ni aux scientifiques qui useraient de leur bistouri sur sa peau.

Pardon, Docteur. Je pensais que ce n'était pas nécessaire. réussit-il à sortir, gardant les yeux baissés sur le pallier de l'appartement.

Il y avait une part de vérité dans ses paroles. Quoique. En réalité, toutes ses paroles étaient véridiques. Cependant, il n'en rajouta pas plus, étant un très piètre menteur. Quelque chose lui arrachait la bouche lorsqu'il tentait des mensonges. Et quelque chose lui arrachait les entrailles lorsqu'il devait se résoudre à être méchant gratuitement. Alors il eut un regard douloureux mais résigné en voyant le gâteau fièrement brandi par Ludwig. Il ne pouvait décemment pas le mettre dehors.

Pendant quelques secondes, ses yeux semblèrent chercher une issue, mais il dut abdiquer. Ludwig n'était pas un homme mauvais. Il s'était occupé de lui et l'avait accueilli avec le sourire dans son cabinet, demandant des nouvelles de ses enfants ; il ne pouvait pas être odieux, c'était impossible.

Entrez. De toute façon, Stan est déjà en train de préparer du thé.

De manière nonchalante, il pivota sur le côté pour laisser entrer l'invité avant de refermer la porte d'une simple poussée de la main. On pouvait entendre des bruits de vaisselle qui s'entrechoquait et de tiroirs qu'on faisait racler.

Mais en fait ! Vous voulez du café ou du thé ? s'exclama la petite voix de Stan depuis la cuisine.
Café, mais ne te dérange pas.
Café alors ! Et Docteur Ludy ?
Ils vont bien comme vous le voyez. rajouta Sakura en le laissant répondre au petit garçon qui était heureux de délester son père de quelques tâches.

Il vint chercher Jack qui s'ennuyait sur son transat et qui avait rejeté la peluche qu'il mâchonnait de ses gencives la minute d'avant. L'enfant devait être intrigué par cette agitation soudaine. Bien vite, ses grands yeux curieux s'arrêtèrent sur le grand homme à lunettes, tandis qu'il se laissait lentement bercer par son jeune père qui le faisait plus par automatisme qu'autre chose.

Regarde Jack, c'est le Docteur Crawford. Il le dit avec une pointe de tendresse dans la voix.

C'était dans les habitudes des parents : parler aux bébés même s'ils ne comprenaient encore rien à ces babillages adultes. Pour l'instant, Sakura ne devait pas laisser Ludwig s'intéresser à ses blessures et avait pour devoir de le distraire.
 
the cake is a lie -feat sakura
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un vernissage inoubliable... [feat Sakura] [Terminé]
» Le cake au saumon fumé
» cake super facile
» CAKE AU FOIE GRAS ET FRUITS SECS
» Le cake aux saint-Jacques et tomates cerises
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Happy Pills :: New Haven :: Chapel Street :: Appartements et maisons-
Sauter vers: