AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

“carcamusa y salvitxada • Magpie”

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 11
Date d'inscription : 10/04/2017
Magpie L. Florès
bleu
avatar
Magpie Luciana Florès
Feat; Alajuela (OC) •• Nikolaspascal // Irl; jesépa...
30
f
bleus
surnom
Maggie, Pie.
métier
Danseuse de Flamenco & Comédienne.
situation familiale
Célibataire avec deux frères aînés, Calliste & Sizerin, deux belles-soeur Giana & Grace, deux nièces Daniela & Angela et trois neveux César, Esteban & Julio. Ah et le Padre était dans le cercle merveilleux des Barons de la Drogue Argentin, du coup Madre a divorcé.
naissance
21 Août 2002 à La Plata; Argentine. • Lion ♌
autre
Adore les fleurs, les grosses, pimpantes et odorantes • Parle beaucoup avec un fort accent espagnol • Aime porter des motifs colorés et originaux • Adore les chats • Porte des bijoux ostentatoires • Porte des chaussure de flamenco et fait donc un boucan d'enfer quand elle marche sur du parquet.
Ma pilule bleue
T’as peur Maggie ?
Bien sûr que non.

Sous son grand chapeau et sa tignasse brune, sous ses longs cils noirs et sur ses lèvres rouges, un grand sourire l’illumine encore. Pourquoi pas, après tout, qui ne tente rien n’a rien pas vrai ? De toute les fois qu’elle hantait les rues de ses talons sonores, c’était le soir ou elle ne portait pas la petite Angela ou le petit Julio dans les bras parce que tout ce petit monde était au restaurant en train de l’attendre qu’il était venu avec son choix. Elle avait choisi sans réfléchir, la couleur de façon arbitraire, un vieux souvenir de la mer bleue et du ciel brillant, des yeux d’un garçon et des perles de boucles d’oreille, réconfortant souvenir d’une époque de joie et de faste. Elle l’avait avalée sans eau sa jolie pilule, déglutissant difficilement, avant d’étirer un sourire sur ses joues soudainement glaciales.

Elle a eu la gorge sèche en partant, les yeux qui piquent et quelque chose au fond de la gorge, lové après sa trachée, qui lui écorchait la voix. Un mal de crâne qui lui perça le crâne, comme un tournevis qui dérape sur le pas d’une vis trop serrée, l’estomac qui se tord et se plaint avec force de remontées acides qui brûle la gorge et manquent de faire vomir. Et puis plus rien, tout sembla normal.

Tout sembla normal jusqu’à ce moment ou au milieu de la nuit, se levant pour boire son jus de fruit favori elle le recracha tout simplement dans l’évier en attrapant de justesse les longues mèches brunes qui cascadaient autour de son menton.
Il y avait de la banane dedans.
Comment ne l’avait tu pas su avant, toi qui détestais ça ?
Elle ne savait pas, elle ausculta l’étiquette, elle la regarda fixement éberluée. Elle reposa la bouteille et ouvrit son frigo, elle croisa le regard de tomates et de légumes, et sur les coups de cinq heure du matin, quand l’un de ses frères se leva, il trouva Magpie au milieu de la cuisine à préparer un gaspacho si réussi que le pauvre Sizerin en tomba presque par terre. Maggie ne comprenait pas du tout, puis progressivement, elle décela des indices en mangeant. Elle connaissait les recettes, sans même les avoir jamais préparées. Grace essaya de préparer des plats inconnus, qui n’existaient pas en mélangeant un peu de tout parfois jusqu’à l’écœurement, et Maggie se trouvait capable de réciter la recette dans le détail, depuis le temps de cuisson jusqu’à la quantité de poivre utilisée dans le bouillon. Dans l’ère des gélules gustatives, voilà Mag’ bien en veine, à savoir comment tout se cuisine, de quoi tout se compose, connaître le goût de chaque aliment, cui, cru, salé, sucré, mariné, confit…
Caractère
Des fleurs vives, de grandes boucles d’oreilles tintinnabulant joyeusement entre de soyeuses boucles brunes sur sa peau ambrée et un grand rire qui partait de sa gorge pour de déployer comme une toile sur ses lèvres rouges jusque dans l’assistance. Elle occupait la scène, physiquement et… de façon immatérielle, comme si l’immense robe froncée qui la moulait entièrement et lui donnait des airs de sirène solaire s’évaporait plus loin, comme les traînées d’une carpe koï dans l’eau cristalline.
Magpie est généreuse avec son public comme avec ses amis, elle respire la gentillesse et l’aura maternelle par tous les pores de sa peau. Mais sa famille a le droit au meilleur, c’est un cercle qui compte le sang et de rares élus, elle gâte tout le monde, de ses aînés un peu trop machos jusqu’à ses belles-sœurs un peu niaises et surtout ses neveux et nièces qu’elle adore par-dessus toute chose au monde, ce sont ses trésors. Elle parle fort pour qu’on l’écoute d’une voix chaude avec un contralto chaleureux et caressant, mais sait murmurer au creux de l’oreille quand c’est de circonstance, avec cet accent qu’elle n’a jamais pu effacer et qu’elle n’avait pas le courage de corriger ces dix dernières années en semant encore aujourd’hui d’affectueux surnoms en espagnols – ou des insulte susurrée du plus sirupeux des tons avec ce sourire qui étire le rouge qu’elle applique quotidiennement sur ses lèvres.
Maggie est colorée et en mouvement, même quand elle dort elle bouge beaucoup, même quand elle fait la sieste dans un hamac elle semble en plein abordage d’un navire dans les eaux turquoise des caraïbes. Elle a pourtant l’air parfois calme et rassurant d’une mer qui va et vient sur des rivages dorés, puis parfois lorsque sa patience s’épuise et s’étouffe, elle s’embrase et devient aussi déchirante qu’un brasier d’été, s’enflammant jusque dans les gestes et les manières, avec force de poings sur les hanches, de doigts dressés vers le ciel et d’insultes hispaniques, avec force de sourcils froncés et de mouvement de la tête qui donnent à ses cheveux des airs de flammèches noires et à ses boucles d’oreille des bruits d’ossements terribles – comme les flammes qui embrasent ses cigarettes et ses cigarillos. Beaucoup se doutent que son sang hispanique peu ne faire qu’un tour, alors rare son ceux qui énervent sciemment Magpie – dans le cas contraire, on s’apitoie rarement longtemps sur leur sort.
Elle jalouse Magpie, elle jalouse et s’enivre de fureur, parfois ça semble tellement justifié, son cœur est tendre et délicieusement douloureux parfois, alors Maggie jalouse et désire ce qu’elle n’a pas, en silence parce qu’elle jalouse mais qu’elle ne tient pas à faire souffrir, même si souvent c’est elle qui souffre toute seule, comme une grande. Elle aime pas à moitié Magpie, ça lui déchire les entrailles d’aimer à ce point, mais elle n’aime que comme ça.
Parce que telle la pie dont elle porte le nom, elle est maligne Maggie, elle sait apprendre de tout ce qui l’entoure – elle serait même rusée sur les bords si elle n’était pas si honnête. Elle lui ressemble à cette pie, chamarrée et droite, la démarche dansante sur les talons qui martèlent le sol, avec ses airs de Madre familiale, elle cache un peu son jeu, son ironie, son sarcasme et sa lucidité aussi. Elle se joue d’un tas de choses, de son père et de sa réputation chez les latinos, papa et la drogue, la coco et les grandes maisons, Magpie a connu ça petite – les désillusions ça fait très mal et ça forge un caractère. Elle a aussi connu la descente de police, les menottes passées à ses parents et le foyer d’accueil pendant trois jours… Il n’était pas si terrible Padre, mais parfois il est bon d’édulcorer soigneusement certaines histoires, on y retrouve une nouveau souffle, une sorte de renaissance – on appelle ça mentir par omission.
Maggie, c’est le soleil, il chauffe et réchauffe les cœurs et les esprits, mais si tu l’attise trop, si jamais tu t’en approche sans y faire attention, elle te brûle Maggie.

histoire
Il y avait ce vieux rêve, celui qui hante les nuits chaudes de l’été, des yeux bleus. Des yeux si profondément marqués dans son esprit qu’elle pouvait y distinguer chaque nuance, chaque étincelle de lumière et y attacher un sourire, sans pour autant jamais déchiffrer clairement un visage. Elle se souvenait du lieu, des rires, des enfants, du soleil et des aboiements des chiens, des ballons de plage multicolores qui volent au gré du vent en enviant les cerfs-volants.
Un rêve qui chante et qui sent bon le sable chaud et les souvenirs d’enfant.
Un rêve qui devait temporellement se dérouler avant le grand chambardement, l’arrestation de son père, la fouille de sa maison, l’expulsion, sa mère qui entre dans une colère noire, comme l’œil qu’elle colla au Padre, le chagrin, le foyer d’accueil pendant trois jours, les mains serrées dans celles de ses frères.
Elle ne se souvenait plus pourquoi ils s’étaient installés là, les USA étaient si grand, pourquoi ne pas rester plus près du sud, là où les gens parlent comme eux ? Parce que Madre voulait terminer ses études, libre du machisme du Padre et de ses affaires illégales.
Magpie avait eu un mal fou à s’intégrer.
Pas à cause de son accent, ni de sa peau sombre, ni même des accents généreux de son corps un peu trop rond. Non, à cause de son prénom, parce qu’elle réalisait qu’il était aussi une insulte, parce qu’elle réalisait que son père avait pas réfléchi en utilisant l’ornithologie pour nommer ses enfants. On l’accusait de voleuse, dès qu’un objet brillant disparaissait et elle pleurait pendant des heures dans les toilettes, parce que ses frères ne venaient pas se mêler de ça, les lâches. Eux, ils n’avaient pas eu de problème, les filles trouvaient leurs prénoms exotiques et sexy.
C’était des noms d’oiseau au même titre que le sien ! Au diable ces oies stupides et bavardes.
Alors Maggie elle avait décidé de devenir un brasier, terrible et brûlant, elle ne se laissait plus marcher sur les pieds, elle fit des mains et des poings quand ce fut nécessaire, au point où elle manqua de se faire renvoyer.
On la prenait pour une délinquante la fille Florès.
Elle fit du théâtre pour rattraper sa moyenne en anglais, qui n’était pas brillante. Et le théâtre c’était tout ce dont elle avait eu besoin, danser sur scène c’était comme une feu d’artifice, c’était merveilleux de dominer le monde, de sentir les regards sur soi, de sourire et que le public sourient aussi. Ses premiers émois, parce que l’admiration flattait ses grands yeux sombres, que ses sourires étaient généreusement dispensés, pourtant le rêve flottait toujours, les yeux bleus flottaient devant ses propres mirettes, insomniaques et perçant son âme. Incapable de se souvenir à qui ils étaient. Elle avait fait tourner des têtes avec ses pas de danse et ses grand sourires et son accent chaud et rond, mais des yeux avait fait tourner son cœur, des yeux comme le ciel ou la mer, de la couleur du drapeau de sa patrie.
C’est le théâtre qui lui donna des ailes, jusqu’à la Hilliard à l’autre bout de son petit monde, puis revenir, parce que rien ne valait la famille pas vrai ?
Tout cela avait été dur, entre petits boulots payant une misère et nuit à se pencher sur des dialogues compliqués et des scénarios alambiqués. Les répétitions, inlassables et les entorses en descendant de la scène ou en dansant jusqu’à saigner. Mais elle avait tenu bon, elle avait serré les dents et pris son mal en patience, le mal du pays, le mal à la tête, le mal de sa famille, le manque, le trou béant dans son cœur.
C’est pour ça qu’à son retour, elle retourna habiter chez sa mère, puis dans une grande maison de banlieue où ils étaient dix à chanter et danser du flamenco. Deux familles entières disposées sur deux étages, quand Magpie n’avait jamais qu’une chambre au rez-de-chaussée. Ses deux frères s’étaient mariés, un avec une italienne, l’autre avec une américaine d’origine britannique, et cinq bambins chantaient et riaient autour d’eux en permanence. C’était là qu’elle se sentait bien, au milieu de sa famille à danser et chanter, à faire des barbecues et à devenir un cliché vivant de l’immense casbah hispanique qui sourit beaucoup trop et s’insulte en espagnol quand le désaccord gronde mais est toujours prête à se réconcilier avec des nachos devant une telenovela sirupeuse.
Alors si tout était si parfait, pourquoi elle avait pris cette fichu pilule, ce concentré d’ennuis à venir, parce qu’elle le savait, les ennuis elle allait les vivres, ils allaient venir les imbéciles.


MAG'
Mag' c'bien comme pseudo, je suis un frigidaire, j'aime bien le café, j'fais mes études en informatique, j'suis un futur dev, j'aime les jeux vidéos, je suis pour la Horde, j'aime bien dormir aussi. Vous êtes beaux et charmants, je finis vite ♥
23
negapi
Messages : 204
Date d'inscription : 22/03/2017
Zeno J. Clark
rouge
avatar
Mar 11 Avr - 1:23Zeno J. Clark
rouge
slt.
bienvenue.
t'es belle jpp.
vite la suite.
je veux savoir !
coeur

((j'éditerai pour être plus explicite quand tu auras avancé ta fiche azy !!))
hug
Messages : 16
Date d'inscription : 17/03/2017
Xavier de Boisbleau
bleu
avatar
ok alors mdr j'ai littéralement crevé sur place
comment te dire que du PEU qu'il y a de cette fiche, je suis déjà hype comme jamais pcq omfg mag est magnifique et si originale et féminine et si brillante comme un soleil je suis
aveuglé par tant de beauté

voilà stare je vais donc, il va de soi, surveiller l'endroit de près et accessoirement camper par ici jusqu'à la toute fin, le dernier mot de l'histoire

bienvenue ouioui
Messages : 90
Date d'inscription : 17/03/2017
Scarlet Fawkes
bleu
avatar
Mar 11 Avr - 2:21Scarlet Fawkes
bleu
bienvennuuue je sens que tu pourras bien faire copine copine avec mon perso niveau origine toussa toussa, t'es magnifico et bonne chance pour ta fiche bg
Messages : 62
Date d'inscription : 27/03/2017
Billie Blakely
rouge
avatar
Mar 11 Avr - 10:29Billie Blakely
rouge
Jpp entre ton nom que je lis Magicarpe à chaque fois, et la partie "famille" qui m'a juste achevé je sais pas quoi dire mdr.

Bienvenue à toi ! J'aime beaucoup ta façon d'écrire et ce caractère ojfsdofj
Messages : 38
Date d'inscription : 07/04/2017
Mille K. Flemming
rouge
avatar
Une Argentine !!! hype ball
C'est si bien imagé et bien écrit !! Et puis ce métier ! Elle dégage une aura incroyable, ta Magpie, hâte d'en savoir plus ! love
Et bienvenue !!
Messages : 39
Date d'inscription : 22/03/2017
Cassiopée A. Riveira
bleu
avatar
OMG CETTE BEAUTÉ FLAMBOYANTE ! jpp
J'adore ! J'adoore ! Elle brille Magpie ** et cette nationalité aussi, elle est caliente //meurs

Bonne chance pour la toute fin de ta fiche et bienvenue parmi nous bella ! ♥ huug
Messages : 67
Date d'inscription : 28/03/2017
Ayden D. Rockefeller
bleu
avatar
Bjr.
J'aime ton OC
J'aime le début de ta fiche
Hâte d'en savoir plus sur Magpie =w=
BIENVENUE coeur
Messages : 165
Date d'inscription : 03/03/2017
Sakura Aoki
rouge
avatar
Mar 11 Avr - 14:08Sakura Aoki
rouge
Ouuuh caliente. winkwink

BIENVENUE SUR HP. ♥♥♥ Je suis trop fan de ton personnage gngn, j'ai hâte d'en voir plus alors bon courage pour la rédaction de la suite. smouark

Par contre, ton prénom me donne faim mdr.
Messages : 11
Date d'inscription : 10/04/2017
Magpie L. Florès
bleu
avatar
Oh mon dieu, me gusta de tant d'amour **

Zeno : t bô aussi krkrkr, merci ♥

Xavier : mon dieu, venant d'une des plus belles fiches que j'aie pu lire en farfouillant le forum, je pleure de joie ;_; merci, t'es charmant ♥

Scarlet : MICHIKOOOO ♥ entre latinas, on ne peut que s'apprécier krkrkrkr (surtout que tu dépote tellement ♥)

Billie : oh cutie, ce surnom me colle déjà à la peau, merci t'es choue ♥

Mille : Oh mon dieu t'es tellement choupinette, merci ♥

Cassiopée : Merci darling, t'es belle comme le jour ♥

Ayden : J'aime bien ton oc aussi bb B) merci t'es un amour ♥

Sakura : Merci, t'es beau, t'es mignon, tu veux de la tarte au pommes ?

Merci, vous êtes adorables, vous sentez bon le sable chaud, et maintenant j'ai grave la pression, je me dépêche de finir ♥
Messages : 35
Date d'inscription : 21/02/2017
Localisation : .
Batman
PNJ
avatar
Mar 11 Avr - 20:21Batman
PNJ
BIENVENUE MAGPIE
Eh bien moi, je trouve que c'est aussi BG que ce que je pensais !!!
Olala j'aime beaucoup beaucoup Magpie et son caractère tout feu tout flamme, elle est passion, elle est vie, elle est brûlante et même si on se doute qu'on va ressortir avec des cloques on a envie de s'y frotter !! Tes descriptions très imagées mon fait voir du pays et on comprend presque mieux le personnage à travers les métaphores que tu choisis qu'avec du français tout plat, même tes phrases à la Proust ne m'ont pas dérangées tellement je saisissais Maggie à travers tous les mots que tu écrivais, c'est ?? Sans parler de sa relation à sa famille qui est touchante, surtout après toutes les épreuves qu'ils ont traversé ensemble (tu pourras faire le gang des enfants de criminels avec baby et nico jpp), et ils ont l'air tellement joyeux à vivre dans leur grande maison où on les imagine rire et faire la cuisine et on se demande comment malgré toute cette générosité et ce bonheur éclatant Maggie peut cacher assez de détresse en elle pour accepter une pilule d'un inconnu un soir ?? Bref, je n'ai rien à redire (sauf peut être que puisque Magpie est d'août et qu'on est en mars, elle a techniquement encore que 29 ans mais mdr c'est mon côté tarée des dates) si ce n'est que j'ai hâte de te voir jouer et d'en savoir plus sur ta latina toute exubérante et palpitante (et en même temps fragile alala) ! À quand la grande première au théâtre Dédalus ??

   Toutes mes félicitations tu rejoins le hall des plus bgs. Tu peux donc aller recenser ton avatar  ICI, ton irl ICI, ton don par là et pourquoi pas créer ta fiche de lien par là. Et le plus important tu peux désormais crâner devant tous les roses non-validés du coin (& leur donner envie de faire leur fiche) et aller RP et faire une demande ici Suffit de commencer un nouveau sujet et de remplir le formulaire.
    DES BISOUS ♥
 
carcamusa y salvitxada • Magpie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Margaret Pye/Magpie
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Happy Pills :: Avant de commencer :: Registre :: Hall of fame-
Sauter vers: