AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

“You are sad small thing? Not saddened, it is my fault.”

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 33
Date d'inscription : 20/04/2017
Localisation : quelque part ♫
Orion Raven
rouge
avatar
Lun 24 Avr - 17:14Orion Raven
rouge
Orion Raven
Feat; sawasawa •• sawasawa// Irl: Meisa Kuroki
20y.o
f
redpill
surnom
Ori, Riri
métier
Etudiante
situation familiale
célibataire
naissance
28/04/2011
autre
Orion a quelques tatouages, un sur la hanche qui monte jusqu'aux côtes niveau droite, un autre sous les seins et un sur les côtes côté droit ♫ elle a des origines asiatiques
My little power
Avant tu écoutais les gens te dire qu'ils te comprenaient quand tu allais mal, quand tu disais pourquoi tu étais heureuse, pourquoi tu étais en colère. Tu souriais, comme si tu les croyais alors que tu savais très bien qu'ils ne comprenaient pas le moins du monde. Personne ne peut comprendre tant qu'il n'a pas vécu et ressenti exactement pareil. Tu laissais les gens dans leurs ignorances, les reprendre ne servait à rien. Mais à la fin tu te sentais seule et incomprise. Tout leurs mensonges t'empoisonnaient et te faisais te retirer à l'intérieur de toi, dans une petite coquille. Au fond, tu espérais que quelqu'un puisse VRAIMENT te comprendre...

Puis tu es tombé sur ce mec là qui t'a proposé une pilule rouge ou bleu. La rouge était plus tentante et c'est une couleur que tu trouve si belle. Il avait dit que ça changerait ta vie, que ça te rendrait meilleure. Tu espérais que se soit le cas, que tout change. Et ça l'a fait. Ca a changé. Les gens comprenaient enfin ce que tu ressentais, pas tous mais tu voyais que ce n'était plus si faux. Tes expressions faciales, tes gestes, ton regard, le ton de ta voix. Tout ça faisait que les gens comprenaient. Mais tu es restée renfermée sur toi si longtemps que, maintenant, être comprise si vite et si facilement te perturbe beaucoup trop. Toi qui as rêvé d'être comprise, te voilà exaucée. Tu regrette? Trop tard pour ça.
Into my eyes,
you can see my soul
Avant, tu étais une gamine enjouée, toujours joyeuse, le sourire collé à tes petites lèvres roses, le regard emplit de lumière et de curiosité. Tu croquais la vie à pleine dent, profitais de chaque instant avec. Tu t'amusais avec tes amis, riais à gorge déployée et bien d'autres choses encore. Tu aimais la vie comme elle t'aimait, toi petite fille dont la joie irradiait autour d'elle, dont le sourire avait le don d'apaiser les coeurs. Tu étais de ses enfants qui finissent malmenés par la vie, qui ont tellement croqués à pleine dent dedans qu'ils se sont étouffés avec. La vie t'as collé une belle claque pour en avoir tant profiter. Elle s'est montrée injuste et froide envers toi, petite fille aussi fragile et délicate que du cristal.

Depuis ce moment, cette période dans la fin de ton enfance, tout a changé. La jeune poupée  qui ne perdait jamais le sourire est devenue maussade, froide, distante, indifférente à tout et surtout emplit de tristesse. Les gens autour de toi disaient qu'ils te comprenaient, qu'ils savaient. Mais tu les regardais et voyais bien que c'était faux. Ils ne savaient pas. Ils ne savaient rien. Dès que tu avais compris ça, tu ne te donnais plus la peine d'exprimer tes sentiments, tu les gardais pour toi tout au fond de ton coeur. Ainsi, seul le vide pouvait voir tes émotions, seul lui pouvait voir combien tu as souffert, combien tu étais triste. A partir de là, tu t'es de plus en plus cachée, recroquevillée dans ta carapace que tu as forgé. Au début ce n'était que du papier, au final c'est devenu aussi solide que du diamant. Tu ne veux plus en sortir et pourtant, tu souhaite que les gens te comprennent, qu'ils sachent ce que c'est de souffrir comme tu as souffert, de pleurer et hurler de colère et de tristesse comme tu l'as fait. Tu en rêve autant que tu en as peur. Qu'est-ce qui se passera dès qu'ils pourront ressentir tout ce que tu peux ressentir? Ta joie quand tu es avec ceux que tu chéris? Ta colère glacial quand on te pousse trop loin? Ta tristesse quand tu es perdue dans tes pensées, le regard au loin? Comment ils réagiront? Tu ne pense pas qu'ils pourront gérer ce flot de sentiment désordonné et violent. Tu ne sais pas gérer tes émotions, ou assez mal. Tu aime autant que tu peux haïr, donne autant que tu peux prendre. Tout ce que tu ressens, c'est de tout ton coeur, sans faux semblants, sans conditions et c'est autant une force qu'une faiblesse. Tu le sais, c'est pour ça que tu as peur de ce que cette pilule t'as offerte.

Cette petite pilule qui avait l'air si inoffensive et qui, maintenant, permet à une grande majorité de gens de ressentir ce que tu ressens. Ça t'effraye, te referme un peu plus mais ta coquille de diamant que tu pensais incassable est fissurée et se fissurera à chaque personne qui ressentira comme toi. Tu n'es plus protégée, ton masque, ta coquille, tout ça ne sert plus à rien. Tout sera dévoilé, ressentit et tu en as peur. Peur que tu ne puisse plus rien garder pour toi, peur d'affronter ce monde nue. Tu n'es que ça maintenant: une jeune femme apeurée et blessée qu'on lâche à nouveau dans le monde sans aucunes protections. Même tes amis que tu aime tant ne pourront pas t'aider.

Le passé te forge pour un futur encore pire
Un mois d'avril doux fut marqué par la naissance d'une petite demoiselle. Elle avait hérité des yeux noirs et en amande de sa mère japonaise, ainsi que de la pâleur de sa peau. On aurait dit une poupée de porcelaine Tes parents étaient si heureux de t'avoir, tu n'imagine pas. Tu étais gâtée, choyée, chouchoutée, aimée. Une petite enfance qui ne t'avais pas vraiment préparée pour ce qui allait suivre. Non, tu préférais jouer avec tes amis, imaginer milles et une histoire toutes plus intéressantes les unes que les autres. Ta mère t’apprenais même à chanter et à cuisiner, même si petite comme tu étais tu avais encore du mal. Tu adorais ton enfance.

Mais la vie t'as mis une claque, une baffe monstrueuse qui t'a marqué. Tu devais avoir...10 ou 12 ans environ quand c'est arrivé. Ton père et toi attendiez la seconde femme du foyer. Elle travaillait tard car elle avait dû faire des heures supplémentaires. Vous l'attendiez avec impatience, secondes devenant des minutes et les minutes des heures. L'inquiétude a commencé à vous ronger. Pourquoi elle n'était toujours pas là? Elle devrait déjà être rentrée! Au fond de toi, tu te sentais mal, une sensation étouffante dont la raison était inconnue. Tu savais déjà que les choses s'étaient mal passées. Pourtant tu refusais de croire cette impression de plus en plus lourde, de plus en plus oppressante. Non, ta mère allait rentrer dans quelques secondes à peine, elle allait... Elle n'est jamais rentrée. La faucheuse te l'avait enlevé, elle l'avait emmené loin de toi, petite enfant fragile. Tu avais perdu ta mère dans un accident de la route qui a fait quelques blessés. Un vide, un gouffre s'est creusé dans ton coeur ce jour là. Un vide que rien ne pourrait combler. Tu venais de perdre l'être qui t'avais mise au monde, qui était littéralement irremplaçable, qui était ta mère comme ta meilleure amie...

Le jour de l'enterrement, la famille et les proches de ta mère étaient là. Ils déposaient sur ton père et toi des regards qui te frustrais. Comment pouvaient-ils vous regarder comme ça, eux qui n'ont pas perdu de parent? Leurs familles sont complètes, ou presque, mais ils ne peuvent pas comprendre. Ils ne peuvent pas te comprendre. Ta mère était tout pour toi et tu venais de la perdre. Tu ne pleurais même plus, tu avais trop pleuré le jour ou tu l'avais appris. Et tout ces gens autour de toi qui sortaient mensonges sur mensonges. Ils ne pouvaient pas comprendre ni savoir ce que tu ressentais. Non, ils ne pouvaient pas.

Depuis ce moment, la gamine joyeuse que tu étais s'en est allée loin, repliée dans une coquille. C'est comme ça que tu es devenue solitaire, froide, indifférente à tout et que les relations humaines ne te préoccupais plus. Ton père s’inquiétait mais il ne pouvait rien faire. Avec lui, malgré tout, tu étais encore un peu la petite fille qu'il avait connu avant le drame.  Tu continuais de faire à manger et de chanter, car pour toi c'était en quelque sorte ce que te laissait ta mère. Malgré les pilules qui étaient de plus en plus utilisée, tu refusais d'en prendre ne serait-ce qu'une seule. Tu préférais cuisiner, ça t'occupait l'esprit et c'était mieux que ces machins, ces pilules. C'était certes utile pour certains, mais tu n'en voulais pas.

Tu as grandis dans cette logique, dans ta coquille, loin des mensonges des autres. Tu préférais être seule. Même si une ou deux personnes avaient réussi à se frayer un passage dans ta carapace, tu ne voulais pas plus qu'eux, ils étaient très bien, des amis que tu ne pensais pas connaître un jour. Il n'y avait qu'eux qui voyait au delà du masque que tu mettais et qui te collais à la peau. Ton adolescence aurait pu être tranquille, sans trop d'encombre si il n'y avait pas eut ce jeune homme. il était pourtant banal, il se fondait dans la masse mais quand tu l'as regardé, tu as eu une drôle d'impression. Tu t'es sentie comme attirée par lui, sans expliquer pourquoi. Peu sociable comme tu es, tu n'as pas osé aller lui parler. Et, au fond, tu étais encore trop fragile pour envisager une quelconque autre relation, tu te brûlerais les ailes comme Icare. Tu n'as donc rien fais à part regarder ce jeune homme au loin. Puis il t'a vu et, chose étonnante, il t'a offert un sourire, un si joli sourire qu'il t'a fait rougir et détourner le regard. Que se passait-il? Toi qui est toujours inexpressive et indifférente à tout, voilà que le sourire ce garçon te fais rougir. Réveille toi ma fille, tu n'es pas censée t'occuper des autres ni leurs montrer ce que tu ressens. Reste dans ta coquille et tout ira bien. Si tu avais suivis ce conseil, tout se serait bien passé, l'inconnu t'aurai oublié et tu l'aurai oublié aussi. Mais tu as préféré écouter ton coeur que ta raison qui te criait que c'était une mauvaise idée.

Tu l'a laissé s'approcher, tu l'as laissé passer ta coquille pour toucher ton coeur. Tu l'as laissé te rendre amoureuse de lui. C'était une sensation étrange et familière, chaude et rassurante. Ses étreintes pansaient ton coeur meurtri et le faisait battre à nouveau pour quelqu'un, ses baisers suffisaient à te rendre heureuse pour un an. Tu l'as aimé de façon inconditionnelle et de tout ton coeur. De nouveau, tu as touché le bonheur du bout des doigts. Tu es sortie avec ce jeune homme: Marc, et tu n'as jamais été aussi lumineuse et heureuse. Tes amis étaient content pour toi, ton père également, il avait l'impression de revoir son petit ange. Tout allait bien, tout le monde était heureux. Mais, au fond, tu savais que ça n'allait pas durer et, même si tu t'y préparais mentalement, la prochaine claque allait faire plus mal que la précédente.

Tu es restée avec Marc pendant longtemps, votre couple a duré 5 ans. 5 belles années de pure bonheur, de rire et d'amour. 5 années réduites en miettes en quelques secondes et avec quelques mots seulement... "Je te quitte". Rien que ses trois mots ont détruit ton monde, toute la joie que tu avais. Ils ont tout détruit et n'ont rien épargné. Tu es restée silencieuse quelques secondes, plantée devant cet homme qui, avant, était celui qui te disais je t'aime avec la voix la plus douce que tu avais pu entendre. Cet homme qui avait réussi à t'ouvrir au monde. Cet homme qui maintenant arbore un air déchiré. Il ne l'est pas autant que toi. Il ne sait pas ce qu'il représentait pour toi... Il ne sait pas, il ne sait rien... Avant que tu ne montre ta fragilité à travers tes larmes, tu t'es enfuie, tu as courant sans t'arrêter, couru autant que possible alors que tes muscles criaient de douleurs, que ton coeur semblait exploser et que t'as vu se brouillait à cause des larmes de rage et de tristesses qui s'écoulaient. Parce-que tu ne regardais pas où tu allais, tu as percuté un homme plus grand et plus vieux que toi. Tu t'es vite reprise et as essuyé tes larmes pour dissimuler ta faiblesse. L'homme t'a fixé avant de te tendre ses deux mains, toutes deux contenant une pilule rouge ou une pilule bleue. Puis il t'a dit de choisir. Choisis, Orion, entre la pilule bleu océan ou la pilule rouge sang, elles changeront ton monde, réaliseront ton souhait le plus secret, te rendra meilleure et tu n'as rien à débourser pour ça. Le rouge évoquait plus de chose pour toi: le sang, l'amour, la passion, la violence, les roses rouges, la vie. Tu as donc pris la pilule sanguine de tes doigts tremblant sans te dire que c'était étrange qu'un homme te propose une pilule gratuite comme ça. Non, tu étais brisée en milles morceaux et les promesses illusoires de changement étaient trop belles pour que tu n'essaye pas.

Tu as pris la pilule rouge et tu t'attendais à un changement immédiat. Mais il n'y a rien eut, ni sur le chemin du retour vers ta maison, ni quand tu te changeais pour te mettre en pyjama, ni quand tu mangeais. Rien. Ton père avait deviné que quelque chose c'était passé, tes yeux rouges et légèrement gonflés trahissaient la tristesse que tu avais pu éprouver. Comme seul geste de réconfort qu'il a fait, il t'a prise dans ses bras. Et tu as à nouveau pleurer contre lui pour la première fois depuis longtemps. Puis, après quelques minutes à laisser ton coeur pleurer, tu as souhaité une bonne nuit à ton père et tu es allée te coucher. Toujours aucun changement à part une légère migraine qui montre le bout de son nez. Le lendemain, tu lâcha un long soupir avant de retourner affronter la vie. Tu t’efforçais à recoller les morceaux de ta coquille comme de ton coeur. Dans l'immédiat, tu ne voulais voir que tes amis, pas cet homme qui avait dit t'aimer. Ils n'ont rien dit quand ils ont vu ton visage et tu les as remercier silencieusement. La journée est passée et les autres se sont succédées sans qu'il y ai de changement. L'homme c'était donc trompé? Au fond, tu n'y croyais pas, tout ce qu'il t'avais dis n'était que mensonge. Comment une pilule pourrait changer une vie?

La réponse est apparue un jour de pluie. Tu avais vu Marc avec une autre femme dans les bras, tout sourire l'un comme l'autre. L'espoir fou et stupide que se ne soit pas sa petite amie se brisa dès qu'il l'embrassa. Tu resta figer sur place, la pluie glacée fouettant ton visage et imbibant les quelques mèches de charbon qui dépassaient de ta capuche. Il t'a vu et s'est précipité vers toi pour s'expliquer. Mais il n'y avait rien à expliquer. Rien... Il t'as brisé une fois et vient de le refaire... Ce n'est qu'une ordure... Comment tu as pu l'aimer, comment tu as pu.... Toutes tes émotions que ton coeur contenait ont explosées, tu as tout déversé sur Marc, ta douleur, ta peine, ta tristesse. Tout. Et, sans que tu t'en rende compte, ta voix, ton regard, ta gestuelle et ton expression lui ont fait ressentir ce que tu ressentais en ce moment même. Et il s'est mis à pleurer lui aussi, à pleurer comme si il ne pouvait faire que ça. Lui aussi il vient d'avoir le coeur aussi déchiré que toi. La pilule t'avait changé. Cette petite chose t'avais permis de faire ressentir aux autres ce que tu ressens. Pas tout le monde pouvait ressentir comme toi, mais une bonne partie des personnes pouvaient et ça simplement grâce à ta voix, ton regard, ton expression faciale et tes gestes. Ton souhait le plus secret venait d'être exaucé. Mais tu as peur maintenant. Peur de comment gérer ça. Tu ne peux pas. Tout le monde pourra ressentir ce qu'il y a dans ton coeur maintenant. Ta coquille ne te sert plus à rien, elle ne peut pas te protéger de ça. Tu as changé, ta vie à changé, tout ça à cause d'une petite pilule inoffensive. Tu as beaux avoir 20 ans maintenant, bientôt 21, tu as l'impression d'être à nouveau la petite fille fragile que tu étais avant. Comment vas-tu affronter la vie si tu ne peux plus te protéger?


Orion
Hello les gens!! J'aime beaucoup le forum, il est beau et la communauté a l'air sympa ^^ désolée si jamais je prend du temps pour ma fiche ou quoi, j'me suis inscrite à un mauvais moment x_x mais j'vais finir aussi vite que possible histoire de pas trop faire attendre et d'entamer les rps \o\ macarons et chouquettes sur vous, j'vous aime!! \o\
20y.o
f
redpill
Messages : 46
Date d'inscription : 27/03/2017
Rory Clarke
bleu
avatar
Mar 25 Avr - 3:03Rory Clarke
bleu
Vraiment cool.

Je trouve le choix d'effet de pilule excellent par rapport au personnage, je suis presque jalouse de pas en avoir eu l'idée xD En tout cas j'ai hâte de voir ce que ça va donner.

Tout plein de bisou de bienvenu ♥♥♥
Messages : 33
Date d'inscription : 20/04/2017
Localisation : quelque part ♫
Orion Raven
rouge
avatar
Mar 25 Avr - 18:36Orion Raven
rouge
Merci beaucoup \o\

Ouais, je suis fière de cette pilule (et je remercie d'ailleurs Ona de m'avoir filé une version qui colle au contexte avec les pilules et tout, gros câlin sur toi! \o\)

Tout pleins de câlins et merci encore rory!! coeur
Messages : 234
Date d'inscription : 21/02/2017
Localisation : Chapel Street
Arsen B. Eastwood
bleu
avatar
BIENVENUE petit cœur
L'hyper-expressivité est un choix étonnant, mais plein de sens quand on lit l'histoire déchirante de ton personnage. Justesse est le mot qui lui convient le mieux. Il n'y a pas de surenchère dramatique. Orion est une femme au cœur brisé lassée de l'incompréhension. Un cri épuisé qui a besoin d'être entendu dans un murmure de compréhension mutuelle. Alors voilà. J'ai vraiment beaucoup aimé en savoir autant, partager un peu sa peine aussi. Ce personnage est parfait et tu l'inclus avec aisance dans ce contexte. J'ai hâte de te voir rp ♥♥
Toutes mes félicitations tu rejoins le hall des plus bgs. Tu peux donc aller recenser ton avatar ICI, ton irl ICI, ton don par là et pourquoi pas créer ta fiche de lien par là. Et le plus important tu peux désormais crâner devant tous les roses non-validés du coin (& leur donner envie de faire leur fiche) et aller RP et faire une demande ici Suffit de commencer un nouveau sujet et de remplir le formulaire.
DES BISOUS ♥
 
You are sad small thing? Not saddened, it is my fault.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» hederian ▲ only one thing matters, we’re still here.
» And what's small turn to a friendship. [pv Aaron]
» The funny thing about a strong woman is that she doesn't need you... She wants you. And if you start slacking she'll be content without you. ~ Kanon.
» [RP Privé] i see thing that nobody else see
» Hermione ▬ It's a small crime and I've got no excuse
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Happy Pills :: Avant de commencer :: Registre :: Hall of fame-
Sauter vers: