AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

“a head full of ghosts ((samara))”

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 91
Date d'inscription : 03/04/2017
M. Babylone Kavinsky
bleu
avatar
samara&baby
a head full of ghosts



C’était de ces nuits où les fantômes torturaient les pensées et empêchaient le sommeil de s’installer. De ces nuits où elle se retrouvait quelques mois plus tôt à exister la nuit plus que le jour. Elle avait quitté le confort du balcon de sa fenêtre pour sortir en douce -en douce était un bien faible mot compte tenu du sommeil d’Adelbert- cigarette entre les dents, et se rendre compte que le silence nocturne lui avait manqué, ces nuits froides et ces jours cachés pour une santé dont elle n’avait plus à se soucier.
Elle écrase sa clope sous son talon.
L’odeur de l’alcool la prend à la gorge lorsqu’elle pousse la porte du bar, un léger rictus dégoûté au coin des lèvres. Babylone ne buvait jamais -l’inconscience des actions est le pire ami des secrets- mais le temps passait toujours plus vite dans ce genre d’endroits, où les excuses pour se défouler ne manquaient pas -quand les salles de sports étaient fermées elle se débrouillait comme elle pouvait. Elle ignore les regards et les paroles, les talons claquant jusqu’à l’extrémité du comptoir.

C’est d’abord des haussements de voix qu’elle essaie d’ignorer.
C’est ensuite une silhouette qui la fige et un visage qui crispe ses doigts autour du verre.
C’est une voix dont elle se souvient parce que tout ce qui touche à son passé est un danger et Babylone n’avait que trop connaissance du danger d’exister. Elle pouvait prier pour sortir sans qu’elle ne la reconnaisse, mais le pessimisme lui bouffait l’esprit. C’était trop tard. Elle sentait sa tête tourner et son estomac se tordre sous l’angoisse. Elle force ses mains à s’immobiliser, son coeur à ralentir avant d’exploser. Le contacte de ‘l’arme à feu contre la peau de sa hanche achève de la calmer physiquement et elle se permet de paraître confiante, quand la terreur se reflète dans ses iris pâles et glace ses jambes.
Najar. Peut-être que sa voix tremble mais elle semble avoir porté. Un frisson caresse la courbe de son dos quand leur yeux se rencontrent. Transportée quatre ans en arrière, quand son visage creux et terne abritait les cicatrices de son enfance, quand ses yeux vides et cernés hurlaient son envie d’en finir avec la vie. Elle avait sûrement l’air d’une autre personne, le teint frais et les cheveux coiffés, le dos droit, sans son air mortifié; mais Babylone ne se faisaient pas d’illusion. Ses cheveux immaculés et ses yeux violets des iris à la pupille n’étaient pas offre courante.
Elle regrette d’avoir parlé quand le poid de son regard lui fait baisser les épaules.
Elle se maudit de ne pas être restée sous sa couette en attendant le soleil.
Et sûrement que la terreur se lit dans ses yeux lorsque Samara s’approche. Ca fait longtemps.
Depuis que tu m’as vu les armes à la main.




Messages : 11
Date d'inscription : 13/04/2017
Samara Najar
rouge
avatar
Ven 5 Mai - 21:50Samara Najar
rouge
img_rp
     
A Head Full Of Ghosts
Samara & Babylone

Pour Samara aussi c’était l’une de ces soirées d’insomnie. La nuit avait pourtant bien commencé, mais des rêves trop agités l’empêchaient maintenant de dormir. Les souvenirs flous de l’une de ses opérations qui avait mal tournée. Des tirs. Une explosion soudaine. La scène change d’une seconde à l’autre, comme s’il s’agissait d’un vieux film dont la pellicule abimée sautait. La jeune femme tient quelqu’un dans les bras. Un homme mortellement blessé et défiguré par le feu. Amar, son petit frère, qui faisait partie du même groupe. Elle a l’impression de hurler, mais le son est étouffé, comme si elle était isolée du reste du monde par une bulle insonorisée.

Soudain, ses yeux s’ouvrent. L’ampoule du salon laissée allumée et le blanc salit du plafond accueillent son réveil. Sentant une goute couler de son front, elle l’essuie avec son avant-bras d’un geste nonchalant. La jeune femme s’assoit au bord du canapé qui lui sert de couchette et prend le temps de récupérer ses esprits.

Elle savait déjà qu’elle ne dormirait plus ce soir, alors à quoi bon insister ? Elle n’avait plus qu’une chose en tête, sortir s’aérer les idées. Elle trouverait bien un endroit avec de l’alcool pas cher et des compagnons d’infortune à louer pour la soirée. Rester incognito ? Elle avait déjà divorcé avec cette idée après seulement quelques jours passés dans cet appartement glauque. Sans y réfléchir plus longtemps, elle se débarbouilla le visage et arrangea ses cheveux -comme le voulait sa petite obsession avec eux- avant d’attraper une veste et de ficher le camp à l’extérieur.

Là, elle déambula quelques dizaines de minutes puis jeta son dévolu sur un rade qui n’avait pas l’air trop affreux. Son physique et son assurance aidant, il ne lui fallut pas longtemps avant d’attirer l’attention et de se retrouver à boire des coups avec de parfaits inconnus qui n’avaient probablement qu’une seule idée derrière la tête.

Mais alors qu’elle se préparait à aller chercher une nouvelle tournée au comptoir, son regard croisa un visage familier. Elle n’arrivait pas encore à la replacer mais elle en était certaine, avec ces cheveux aussi blancs que les siens et des yeux qu’on ne croisait pas souvent.
La jeune fille en question semblait l’avoir reconnu aussi et l’interpella par son nom. Il n’y avait donc pas erreur sur la personne... La voix s’ajoutant maintenant au physique, un petit flashback se joua dans la tête de l’israélienne. Un court instant, le regard de Samara descendit plus bas et repéra une légère bosse. Les réflexes toujours aussi affutés, il ne lui fallut pas une seconde de plus pour penser à une arme à feu dissimulée. La nymphette trempait donc sûrement encore dans des affaires louches, ou ressentait en tout cas le besoin d’une telle protection même lors d’une simple escapade dans un bar.

Un petit sourire au coin des lèvres en pensant à sa propre arme qu’elle gardait dans un holster sous sa veste, elle se leva et rejoint la jeune fille au comptoir.  Plus elle s’approchait, plus la demoiselle lui semblait mal à l’aise. Etait-ce à cause d’elle ?

« - Je me disais bien qu’on s’était déjà vu quelque part… C’est étrange de croiser un visage connu dans un coin aussi paumé. »


Son interlocutrice ne semblait pas spécialement heureuse de la revoir, mais elle n’allait pas se gêner pour autant. Elle s’embêtait, et cette petite coïncidence était un divertissement bienvenu.

« - J’ai un peu de mal à te remettre exactement, mais je sais que l’on ne s’est pas rencontré lors d’un bal de charité... Les gens t'appelaient Babylone, je crois, c'est ça ?»


La mercenaire posa son verre sur le bord du comptoir en se penchant et en contournant Babylone sans aucun respect pour son espace privé. Tout cela faisait partie de son petit jeu qui consistait à voir comment réagissaient les gens. Une fois les mains libre, elle prit un air exagérément sérieux et mima la pose qu’elle tenait lorsqu’elle avait un fusil en main, avant de rire d’une voix cristalline.

« - J’étais sûrement l’un des gros bras qui faisait le planton à l’époque. Pas moyen de me souvenir de l’occasion… Mais tu vas sûrement pouvoir m’aider là dessus, non ? »



 
a head full of ghosts ((samara))
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» I look in the mirror, and a try to see myself, my head full of terror [Nikolay & Oliver & Thalia]
» (alvin) a head full of dreams
» L'armée full boîte de conserve du métalkramé
» DART to Haiti - Words of Thanks to Canadian Head of State
» [2000pts ork]La Band' à Wazdakka (full moto)
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Happy Pills :: New Haven :: Centre-Ville :: Rue des néons-
Sauter vers: