AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

“We live for the night's decor // ft. Katherine C. ♥”

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 88
Date d'inscription : 28/02/2017
Localisation : Canapé
Jung-Myeon Hyeon
rouge
avatar

Elle le toise ; des pieds à la tête un double nuage d’encre intense qui embrume ses sens aiguisés. Bon élève il s’applique à éviter le regard supérieurement sombre de son implacable gardienne.

« Tu es mal coiffé, Jung-Myeon.

- Mais non mais n’importe quoi !

- C’est quoi ce pantalon ? On n’est pas au cirque !

- Mais c’est un Burton, ohlala…

- J’espère que tu ne vas pas rester sur ton portable toute la soirée.

- Non, c’est bon… »

Sous ses doigts les couleurs s’évanouissent en impressions de souvenirs artificiels. Il croise les bras, se retire au fond du canapé griffé pour mieux attendre la sentence (délivrance).

« Oh ? Ils sont arrivés. »

Elle chantonne, harmonie à la sonnette clairon précédant la fête. Portée par son angoisse qu’il file en frissons la symphonie des mondanités fait son chemin jusque dans le salon – l'honnête serpent des braves gens.

« Bonsoir Katherine ! Comme je suis contente de te voir, tu es resplendissante. Oh, tu es venue avec Andréa ! Il est aussi ravissant que toi. »

« … »

Ravissant. Dégoûtant.  
Le cœur qui se joint à l’harmonie désorientée des sens désacordés ; la pâleur rougeoyante qu’il sent fleurir au sommet de ses joues et qu’il veut ignorer – tout cela, tout son corps l'entraîne dans une valse invisible d'impressions étourdissantes ; il est là ; désagréablement charmant d’élégance et de prévenance.
Ravissant. Non. C’est n’importe quoi, Myung.

« Dis bonjour à Katherine et Andrea, Jung-Myeon. »

« … »

« Excusez-le, cela fait peu de temps qu'il est arrivé aux Etats-Unis vous savez, il ne parle pas encore très bien anglais… »

« MAIS N’IMPORTE QUOI JE SAIS TRÈS BIEN PARLER ANGLAIS. Bonsoir Katherine. Bonsoir Andrea. »

Il fait mine d’ignorer le sourire silencieux de sa tante et dépose sur les joues de ses invités deux légers baisers qui lui brûlent les lèvres lorsque son affectueuse politesse épouse les lignes parfaites du jeune et joli convive au patronyme virilement féminin.
T’es n’importe quoi, Myung.

« Passons au salon si vous le voulez bien ? J’ai commandé notre dîner chez le meilleur traiteur de tout New Haven. Ils ont sorti il y a peu une nouvelle gamme de pilules au goût caviar, de l'almas ; vous allez a-do-rer. J’ai aussi prévu de la nourriture matérielle pour Jung-Myeon, qui ne sait toujours pas s’alimenter correctement à dix-sept ans passés. »

Il lève les yeux vers le ciel moderne ;  ne dit rien. Il le sait, que sa tante adore ça ; l’agacer, le détourner, le modeler – même aux yeux de tous ; surtout aux yeux de tous.
Ignorer – les mots légers comme le gel et ses regards à lui affables comme les flammes – contretemps de cette soirée qui se profile déjà longuement.

ft. Kitkath ヽ(*・ω・)ノ | notes: 434 mots  
Messages : 84
Date d'inscription : 09/03/2017
Katherine Cavalcante
bleu
avatar
We live for the night's decor
Feat Andrea
Jung-Myeon
&
Katherine


Le silence. Un silence stressé. Pas cette tension insupportable qu'elle ressent en compagnie de Mathéo. L'embarras de n'avoir pour seul accompagnateur que son fidèle fils, Andrea sur ses trois enfants. L'embarras de ne pas se tenir aux côtés de son mari avec qui elle a divorcé depuis un temps. L'embarras de ne même pas pouvoir présenter sa nouvelle fréquentation, fraîchement mis en prison. Merda.  

Katherine gare sa voiture devant la belle résidence de son amie et pousse un long soupire. Andrea la regarde un instant avant de lui prendre la main gentiment. Il lui sourit. Elle le regarde à son tour et arrange un peu le col de sa chemise. Un peu plus détendue, elle lui caresse la joue.

"Heureusement que tu es venue, toi. Regarde comme tu es beau, Mio Figlio !"
" 'Maaan... "

Andrea râle, gêné par les compliments de sa mère. Il avait fait un petit effort, ce soir. Il avait enfilé un pantalon chino couleur crème accompagné d'une chemise bleu clair, uni. Il avait passé un peigne dans ses cheveux sans grand résultats et n'avait pas réussi à se séparer de ses baskets blanches. Il regrettait tout de même ses t-shirts de nerd avec des héros de comics et ses larges gilets à capuches. Un peu de parfum pour compléter le tout et il était prêt.  

Lâchant la joue de son fils en ricanant, Kath abaisse le pare-soleil et se sert du miroir de courtoisie pour se remettre un peu de rouge à lèvres. Elle respire une dernière fois avant de prendre son sac et de sortir de la voiture, suivie de près par le petit Cavalcante. Une fois devant la porte, elle arrange son chemisier puis ses cheveux. Elle murmure à Andrea "Tu crois que j'aurais dut mettre une jupe ? Peut être une robe ? Mes cheveux, ça v-". Elle s'interrompt quand son amie apparaît devant eux, aussi lumineuse et enjouée que d'ordinaire. Elle contrôle du mieux qu'elle peut ses rougissements. Après tout, ce genre d'endroit avait vite tendance à la mettre mal à l'aise. Mais elle gardait tout de même cette aura de contrôle, comme si rien ne pouvait l'atteindre, comme si rien n'était assez beau pour l'impressionner.  

A côté, Andrea reste toujours aussi courtois. Son petit sourire, ses grands yeux verts et ses mèches colorées, il salue respectueusement son hôtesse et adresse un petit clin d'œil espiègle à l'autre adolescent de la pièce. Il devenait effronté, ces derniers temps mais chasser le naturel, et il revient au galop, ne l'oublions pas. C'est pourquoi, bien qu'il ait acquis cette petite étincelle malicieuse, Andrea restait toujours ce petit geek réservé. Et cette couleur bleu nuit qui couvrait son brun naturel n'y changerait pas grand-chose.  

Katherine salue donc à son tour Jung-Myeon et sa tante, avant de lui répondre avec cette voix légèrement grave, qui sonnait comme le son chaud d'un saxophone d'un vieux groupe de jazz.  

"Merci beaucoup pour cette invitation. J'aurais bien aimé venir avec Mathéo et Eva aussi mais ils avaient déjà des projets, semble-t-il. Quoi qu'il en soit, je suis très heureuse de vous voir." Elle sourit et jette un bref regard à Andrea avant de reporter son attention sur JM. "Bonsoir, Jung-Myeon." Andrea fait de même, plantant ses prunelles dans celles du coréen. "Bonsoir."

Alors qu'on lui annonce le menu, Kath ne peut s'empêcher de déglutir discrètement. Un diner de pilules. Super … Andrea n'aimait pas particulièrement ça, contrairement à ses frères et sœurs. Quand à Kath, elle en prenait surtout pour garder la forme et éviter d'avoir l'air d'être passé sous un camion tous les jours. Mais bon. Elle sentait aussi le malaise de son fils qui ne put retenir une légère moue.  

"Andrea est pareil, tu sais. Et c'est le seul ! Eva ne jure que par les pilules et Mathéo s'en passe uniquement pour manger de la pizza, haha !" Elle caresse un instant les cheveux de son fils tout en discutant. C'est dans ce genre de moment que Kath passe en mode "Maman-Gênante" ou quelque chose dans le genre.

source

Messages : 88
Date d'inscription : 28/02/2017
Localisation : Canapé
Jung-Myeon Hyeon
rouge
avatar

Le tempo terrifiant de cette suave sérénade qu’il ne veut pas (re)connaître l’emporte au large de sa raison – il aimerait l’oublier, cette fichue partition
Il t’a fait un clin d’œil Myung
Andrea t’a fait un clin d’œil

(tais-toi, mon cœur)

Il ne comprend pas – il ne comprend que trop bien
et ça l’agace Jung-Myeon de s’échapper comme cela
Il refuse de prier pour ce qu’il ne croit pas
(je te connais mon cœur – pas toi)
(je me connais – n’est-ce pas ?)

« Ah, ces jeunes gens. Et bien Andrea, mon chéri, ne t’en fais pas, il y aura aussi de la nourriture pour toi. »

L’éphémère société suit son auguste hôtesse jusqu’au seuil du petit royaume aux lignes épurées. Dans ce salon (luxueuse prison) Jung-Myeon n’aime que le canapé ; autour de son refuge en cuir griffé la pièce tourne dangereusement à vide – tout est y trop pur, trop blanc, trop éblouissant.

« Installez-vous, je vous en prie. Tiens Jung-Myeon, met-toi ici. »

Ici, c’est en face d’Andrea.
Evidemment.

« Hein ? Mais pourquoi moi ? Enfin j’veux dire… Ok…»

Une souveraine main sur son épaule comme pour le féliciter – Myung soupire (un peu trop) dramatiquement (il n’est plus un enfant).

De drôles d’images s’ébrouent à la surface satinée des couverts en argent – films éphémères en noir et blanc – bien moins colorés que les visions saturées auxquelles il rêve à longueur de journée – si seulement la vie c’était comme à la télé.

De drôles d’images, projections déformées de la réalité, entre lesquelles il se prend à songer – tout faire, jusqu’à s’oublier, pour ne pas croiser son regard à lui – cette angoissante agitation qu’illuminent ses deux iris beaucoup trop tangibles – ce genre de bleu si réel, pas assez artificiel, dont il ne peut se saisir – sur les étiquettes des vernis de sa tante (qu’il aime bien essayer parfois, en secret, quand il croit ne pas être lui-même) les couleurs portent de drôle de noms – « darling blue » « silver navy » « sailor » « vibrato »

Les prunelles d’Andrea comme un vernis frissonnant sur sa peau en onde vibrato

« … C’est incroyable mais la peau de Jung-Myeon est impeccable en ce moment. Il n’a pas un bouton ! Je crois qu’il sort enfin de l’adolescence… Il a même demandé à notre gouvernante de lui acheter un rasoir. Je croyais qu’il aller rester un enfant toute sa vie de ce côté-là... »

« Bon, on va parler de moi toute la soirée ? Ou quoi ?»

Elle sourit – fière de sa suprême, espiègle autorité
Il soupire – valet embarrassé devant l’objet de son trouble

« Tu sais bien que je te taquine. Ceci étant dit, tu n’as pas tort, nous avons assez bavassé à ton sujet. Comment vont tes enfants à toi, Katherine ? Qu’est-ce que tu fais Andrea, maintenant ? Cela fait très longtemps que je ne t’ai pas vu… Comme tu as grandi. Tu es devenu un très beau jeune homme. Ta mère doit être terriblement fière. »

« Gniagniagnia comment vont tes enfants Katheriiiiine »

« Tu as dit quelque chose Jung-Myeon ? »

« Non, rien. »

(Affrontement de faux sourires)

« Sers donc une coupe de champagne à nos invités.»

Bien sûr, il faut toujours qu’elle assoie subtilement son autorité  

« J’ai toujours préféré le vin en bouteille aux pilules. Je crois que c’est le seul aliment matériel dont je ne pourrais définitivement pas me passer. »

Le verre de la bouteille comme une plaie polie palpitant sous ses doigts
Un verre pour sa tante (et une œillade assassine) ; un verre pour Katherine (et un gentil sourire)
Le verre de la bouteille frémissant froid comme un serpent
Un verre pour Andrea –

« Lève bien le coude, Jung-Myeon »

Le serpent s’échappe imprévisible – et répand son précieux venin sur les genoux du convive

« …… PARDON ! »

« JUNG-MYEON, QU’EST-CE QUE TU AS FAIT !? »

Il reste figé – des gouttes de champagne en effroyables étoiles filent brisées sur les vêtements de l'invité – un ciel menaçant qui échappe à sa poigne hésitante pour se fondre en relief ambré contre son torse, son ventre et ses genoux

« Je suis désolé, pardon, je – »

Tu es vraiment stupide, Myung
(tais-toi, mon cœur)

ft. Kitkath ヽ(*・ω・)ノ | notes: 691 mots  
Messages : 84
Date d'inscription : 09/03/2017
Katherine Cavalcante
bleu
avatar
We live for the night's decor
Feat Andrea
Jung-Myeon
&
Katherine
Toutes ces petites pilules. Ce palmarès de couleurs et de saveurs réuni en un simple comprimé ne faisait que le rendre nostalgique de la bonne vieille nourriture matérielle. Eva ne jurait que par ça. Elle était toujours sur le dos de leur père, à quémander les pilules les plus couteuses, les plus "tendances". Mathéo trouvait ça fun. Il s'en foutait un peu, tant qu'il n'avait pas à partager un repas avec la famille. Pourquoi faut-il que je sois le seul différent ?

Le soulagement. Andrea ne se voyait définitivement pas manger des pilules durant tout ce repas. Le goût était bien présent mais c'est cet alliage de saveur et de texture qui fait que la cuisine est considérée comme délicieuse ou non. Ca croque, ça colle aux dents, ça fait mal à la gorge, ça chatouille le palais, ça noie la langue dans un ouragan de douceur ou d'acidité. C'est difficile à mâcher, ça en fout partout, ça tâche les vêtements mais bordel qu'est-ce que c'est bon.  

Katherine regarde le visage de son fils, visiblement satisfait de pouvoir manger de la vraie nourriture matérielle. Elle aurait bien poser une demande pour elle aussi mais le fait que Kyung-Hee ait préparé commandé cette cargaison de pilules pour rien lui faisait bien trop de peine. Elle ferait donc mine d'aimer ça, placerait des petits sourires, ici et là, et passerait la soirée à rêver du plat de pâtes qu'elle engloutirait en rentrant.  

Alors qu'ils se mouvaient pour s'installer au salon, les prunelles grises de Kath accrochèrent un instant au visage de Jung-Myeon. Le regard fuyant. La mâchoire légèrement figée. Ce petit pincement de lèvres. Oh. Elle connaissait cette expression. Elle regarde ensuite son fils et ne peut s'empêcher de sourire. Elle avait vu la petite étincelle. Une étincelle que le jeune garçon ne cesse d'écraser, de dissimuler le plus possible. Probablement pour diverses raisons. La honte, peut être ? Confirmation par ce petit mouvement de sourcil plissé. Il n'aimait pas ressentir ce qu'il ressentait. Il ne s'aimait peut être pas tout court ?  

L'adolescence. Une période ingrate durant laquelle on ne pouvait qu'expérimenter pour se chercher nous-même. Katherine ne le savait que trop bien. Toutes les conneries qu'elle avait faite, elle ne les regrettait pas toutes car la plupart lui avaient permis d'apprendre, de grandir, de se découvrir. Elle regarda son fils un instant, caressant ses cheveux d'un air maternel. Sa tête se redresse lorsque Kyung-Hee pose le sujet de Jung-Myeon. Elle sourit, attendrie par cette complicité assassine entre les deux asiatiques.  

"Andrea n'est pas mieux. Si Mathéo commence déjà à avoir du poil au menton, il faut chercher des heures avec une loupe pour en trouver chez Andrea, haha !"
"Maman !" Peste-t-il, les joues empourprées par la gêne.  

Le jeune garçon n'a plus qu'un seul désir : S'enfoncer sous terre, creuser une grotte avec l'accès au wifi et ne plus jamais en sortir de sa vie. Mais Andrea, reprends toi ! Tu as dit que ce soir, tu serais un nouvel homme ! Il se racle donc la gorge et lève fièrement la tête, imite sa mère avec son air cool et cette espèce de nonchalance sexy. Tu peux le faire. Il réponds donc aux questions de l'hôtesse, devançant Katherine.


"Eh bien, j'aimerais devenir scénariste. De jeux vidéos, de préférence. Même si je m'intéresse aussi au cinéma. Du coup, je me suis inscrit au club de ciné de mon lycée. On travaille sur un court métrage en ce moment. Puis, je fais aussi partie de l'équipe d'e-sport, en tant que vice-président. Hum."  

Il se racle la gorge. "Tu es devenu un très beau jeune homme." Et son visage rougit de plus belle. Non. N'oublies pas, Andrea. Tu n'es pas le même petit nerd timide. Il sourit au compliment, remerciant l'amie de sa génitrice. Il sent les doigts de cette dernière dans ses cheveux l'espace d'un instant. Elle et son contact facile, un jour, ça l'embarrasserait tellement qu'il s'écroulerait.  

Katherine ne peut s'empêcher d'admirer son petit Andrea. Après tout, il faisait ce qu'il aimait, il se battait pour ses passions. Elle trouvait ça tout bonnement surprenant pour un garçon de son âge. Elle, à son âge, la chose dont elle était le plus fière c'est de ne pas avoir chopé une MST. Il y avait une vraie différence entre Andrea et elle.  

"Ça pour être fière … C'est clair que je le suis."

Si seulement elle pouvait en dire autant des deux autres. Mais bon. Elle éluda sournoisement la question sur ses enfants, acceptant avec plaisir le verre de champagne que lui proposait Kyung-Hee. Elle en avait putain de besoin, de ce verre. Elle aurait même préféré un truc un peu plus fort mais fallait pas pousser, après tout.

Jung-Myeon s'approche. Andrea ferme les yeux un moment. N'oublie pas. Être cool. Être confiant. Tu es un Cavalcante. Tu peux le faire. Rien ne peut t'atteindre. Rien … mis à part cette vague de champagne qui vient se déverser sur ses genoux. Il laisse échapper un petit hoquettement de surprise, se redressant brusquement. Même si Andrea garde un air surpris sur le visage, il est néanmoins d'un calme olympique. Les voix s'élèvent, les excuses du coréen se mêlent aux réprimandes de sa tante.  

"C'est pas grave, Jung-Myeon." Dit-il avec une voix douce, sa main se déposant amicalement sur son épaule.
"Ne t'en fais pas, ça peut arriver à tout le monde. Hum. Tu pourrais peut être conduire Andrea à la salle de bain ?" Propose Katherine, adressant au jeune garçon un simple sourire chargé de sous-entendus. "Tu veux bien ?"
     


source

 
We live for the night's decor // ft. Katherine C. ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Wednesday Night Raw # 60
» nouveau decor ork...
» Perfect night ♪
» Snow Night [F, Clan de Glace]
» premier decor ork (hute)
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Happy Pills :: New Haven :: Grand Avenue-
Sauter vers: