AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

“[Orion & Hayate] Laisse moi te definir, te comprendre.”

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Messages : 49
Date d'inscription : 05/04/2017
Localisation : New Haven.
Hayate Hirano
bleu
avatar
Ven 12 Mai - 18:43Hayate Hirano
bleu


Orion & Hayate.


Les rues de New Haven sont bien vides, les magasins viennent tout juste de fermer, je cours pour attraper le dernier bus qui malheureusement me passe devant sans que je ne puisse lui demander de s'arrêter, je lève les bras et crie un truc peu convenable en japonais. "Kuso yarō!" (putain, connard!) Puis manque de pot le ciel gris et menaçant se met à pleurer. Mes cheveux noirs coupés à la garçonne, mon petit sweat bleue marine, un peu trop large, qui laisse dépasser le col blanc de ma chemise, mon pantalon et mes superbes vans neuves ! Tout, absolument tout se trempe petit à petit. Rapidement, je m'abrite sous les auvents des magasins quand la pluie redouble de violence et qu'elle touche les corps imprudents, tiens en parlant d'imprudent... Cette fille, sous la pluie ne serait-elle pas asiatique ? C'est plutôt rare de voir quelqu'un qui lui ressemble ici. Je secoue ma tête pour que les perles du ciel ne glissent pas sur ma nuque, il fait déjà suffisamment froid non ?

Revenons à l'Asiatique qui vient s'abriter sous le même auvent que moi, elle me fixe. Surement cherche-t-elle ce qui se cache sous ces vêtements ? Une probabilité à prendre en compte. Elle est asiatique, ces cheveux sont longs et ces yeux sombres. Elle semble avoir approximativement mon âge, ces longs cheveux noirs sont surement aussi trempée que les miens. J'esquive un sourire, pas un sourire poli, ni même amicale, juste ce petit sourire qui sous-entend "Hey, regarde-moi". Apparemment, tu sembles être très expressive au vu de ta façon d'agir, puis... Ma pilule m'aide plutôt bien à comprendre les personnes humaines équipées d'un cerveau. Si nous avons vraiment des cerveaux, certains laissent encore le choix au doute.

Finalement après une examination longue et détaillée de ta personne mes yeux bridés changent d'objectif. La pluie tombe, elle s'écrase violemment contre le sol, contre les immeubles, les commerces, les voitures et tout ce qui est autour de nous. La pluie tombe. Ce n'est pas triste comme phrase ? Elle tombe, si c'est triste. Je glisse ma main dans la poche arrière de mon jean et capture mon paquet de clopes, je l'ouvre... Tristesse, il n'y en a plus. Je retourne mon attention sur la jolie demoiselle asiatique et demande doucement.

- Aurais-tu des clopes mademoiselles ?

Puis la pluie tombe encore plus fort, plus violemment, la pauvre, ça doit être douloureux. Les délires d'une droguée non pas de limite, ne me juge pas.


- Tu trouve pas ça triste ? Que la pluie "Tombe" ? Elle tombe, genre, elle s'écrase. C'est comme un suicide de tout en haut. C'est affreusement triste.  


Apparemment, nous n'avons pas de moyens de partir et 5 secondes sous cette pluie et nous serions bien trop mouillées. Une rencontre qui serait faisable, si dans la vie de tous les jours la pluie nous obliger à nous arrêter. À prendre un instant dans une vie, à lever la tête des portables qui à cause de cette pluie n'ont pas de réseaux, à ne pas prendre ce bus, car nous l'avons raté. À vivre simplement comme des personnes sans chances, qui peut-être en réalité ont la chance de leur vie à ce moment-là.


Ah ! J'avais presque oublié, mon genre. Je ne me considère pas comme un homme, mais je ne me considère pas comme une femme non plus, un entre deux, un quelqu'un de spécial, quelqu'un qui n'as rien de comment, un genre non défini. Je suis un-e , pas un, pas une. Je suis un mixte des deux, un mélange dosé à demi escient. Si j'en joue ? Bien évidemment, j'adore. Plaire aux autres et leur foutre un doute. Suis-je attiré par une femme ? Un homme ? Avant jamais personne ne l'aurait était, pas par cette petite fille ronde que j'étais. C'est horrible non ? Devoir changer pour se venger. Que personne ne soit capable de reconnaître la personne dont ils se sont tant moqués, qu'ils ont tant brisé.


claude gueuse






CODE:
 
Messages : 33
Date d'inscription : 20/04/2017
Localisation : quelque part ♫
Orion Raven
rouge
avatar
Ven 12 Mai - 20:03Orion Raven
rouge
Laisse moi te définir, te comprendre
Croyez vous que le ciel aussi a des humeurs? Après tout, il est aussi changeant qu'un humain
Le temps s'annonçait pluvieux, les gens n'allaient pas s'attarder bien longtemps dans les rues avec ce gris qui couvrait le ciel. Tu te hâtais toi aussi pour ne pas finir sous l'averse que la météo avait prévu. Ton sac en plastique dans la main droite, ton casque sur tes oreilles et le regard qui montait de temps en temps vers les cieux pour voir si, par miracle, le temps allait s'éclaircir. Tu te maudis d'être allée faire les courses, surtout que ton père t'avait envoyé un message pendant tes achats pour te demander de lui ramener deux trois choses comme des paquets de cigarettes, des boules quies et des chips. Tu lâcha un long soupir, faisant voler la mèche sombre et raide qui s'était plantée au milieu de ton visage. Marche plus vite, sinon la pluie aura tôt fait de te tremper.

Ca commença par une goutte qui s'écrasa sur ta joue pâle et roula avant de tomber par terre, suivit par quelques autres gouttes avant que cela ne devienne une averse. Tu grimaça et couru t'abriter sur le auvent d'un magasin, la pluie ayant déjà eut le temps de bien imprégner tes longs cheveux de charbons. Ton short et tes bas noirs étaient mouillés par endroit ainsi que tes boots et ta veste en cuir. Ton haut avait été épargner et tu soupira longuement avant de voir du coin de l'oeil une personne qui s'était réfugiée sous le même auvent que toi. Sans le cacher, tu l'examina, cherchant à voir si c'était un homme ou une femme avant de te dire que cette personne pouvait très bien être les deux. Il y avait un mot pour ça mais tu avais du mal à le retrouver.. Androgyne voilà. Mais tu ne cachais pas que tu étais intriguée, et l'inconnu(e?) allait très certainement le ressentir aussi. Aller reprend toi, essaye de ne pas montrer ce que tu ressens! Peine perdue. tu remarqua aussi qu'il ou elle avait les yeux bridés, comme toi! C'est rare d'en croiser ici! Et aussi qu'il ou elle te détaillait avec un petit sourire que tu n'arrivais pas à définir. C'était un peu gênant et tu détourna le regard pour observer les gouttes d'eaux tomber du ciel, comme si il pleurait. Ta mère te disais avant que le ciel aussi avait des humeurs, qu'il pouvait être joyeux, triste, en colère, comme les gens. Un petit sourire triste se peignit sur ton visage avant de vite disparaître quand la personne t'adressa la parole pour te demander des clopes. Tu réfléchis quelques secondes, sachant que tu avais pris un paquet de cigarette en plus des 2 que ton père t'avais demandé. Mmmh, tu pouvais bien le lui donner non? Ta main farfouilla dans le sac plastique qui contenait tes courses avant de tendre le paquet de cigarette à l'inconnu(e)

-Bien sûr, tiens.


Puis la personne ajouta autre chose et tu pencha la tête sur le côté, un peu plus intriguée avant de lever tes yeux d'onyx vers le ciel et de soupirer tristement

-C'est vrai que c'est très triste. Mais c'est comme les larmes des gens, on ne peut pas les empêcher de tomber. Puis la pluie peut être très belle malgré le fait qu'elle se suicide, comme sur les toiles d'araignée par exemple, elle ne meurt pas dessus, elle l'embellie.


Toi même tu te demandais ce que tu disais mais tu n'avais pas pour habitude de réellement réfléchir à ce que tu disais quand ce n'était pas important. Tu ne faisais que dire ce que tu pensais. Puis ce n'était pas plus étrange que de dire que les gouttes de pluie se suicident du haut du ciel. Cette personne était étrange. Du coin de l'oeil, tu la regarde à nouveau, toujours aussi intriguée par son genre et tu n'osais pas le lui demander, se ne serait pas très poli après tout. Pour le moment, tu devra te contenter de la discussion que tu pourras avoir avec cette personne. Et si tu te présentais? On ne sait jamais, peut-être que sous ce auvent vous allez parler et parler pour devenir amis?

-Je m'appelle Orion, et toi?
(c) sweet.lips
Messages : 49
Date d'inscription : 05/04/2017
Localisation : New Haven.
Hayate Hirano
bleu
avatar
Sam 13 Mai - 13:14Hayate Hirano
bleu


Laisse moi te définir, te comprendre.

La pluie tombait sans interrompre sur les pavés de New Haven. Sous cette averse, même les plus beaux bâtiments prenaient des teintes déprimantes et pourtant, cela me semble apaisant, beau et incroyablement inspirant. Chaque goutte qui tombe contre le sol me ramène à la raison, chacune de ces larmes du ciel m'hypnotise, surement à cause du joint pris un peu plus tôt dans l'heure. Le regard insistant de l'asiatique prêt de moi me fit une nouvelle fois sourire, avoir cette partie de mystère m'excite de manière exagérée. Sa veste en cuir est encore parsemée de perle d'eau, ces cheveux longs, couleur nuit sont humides et colle entre eux, elle me semble jolie, peut-être que c'est l'effet mouillé, peut-être l'est-elle vraiment ? Je me rapproche légèrement d'elle lorsque le vent ramène la pluie plus près de moi sous l'auvent.

Sans gêne, je la regarde, après tout si nous avons des yeux, c'est pour profiter de la beauté qu'il y ici aussi non ? Alors pourquoi s'en priver ? Je m'adosse au mur et plie l'un de mes genoux pour prendre appui sur le muret avec mon pied. "Bien sûr, tiens." De quoi parle-t-elle déjà ? Elle sort un paquet de cigarettes de son sac après avoir fouillé celui-ci dans chacun de ces détails. Ah oui ! J'aurais presque oublié. Mon visage passe de l'incompréhension au visage qui se souvient. Donc cette demoiselle serait une fumeuse ? Pour qu'elle raison autre pourrait-elle avoir ce paquet de clopes ? J'observe le sac de course, peut-être ne vit-elle pas seule ? Examiné, chercher à comprendre, déchiffrer chaque petit détail. Contrairement à d'autre, elle ne semble pas dissimuler ce qu'elle pense, ce qu'elle ressent, car mon pouvoir semble fonctionner plus rapidement que d'habitude.


Elle penche sa tête sur un côté, elle semble intriguée, non... Elle l'est. Elle regarde le ciel comme si soudainement toute la tristesse du monde s'abattait sur elle, aurait-elle de la peine ? Pour la pluie ? Surprise et amusé, je tapote son épaule d'un geste presque trop sûr. Un sourire différent s'infiltre sur mes lèvres, un sourire qui se veut rassurant. Elle parle, j'écoute le timbre de sa voix, chaque détail est important, elle parle de toile d'araignée. C'est vrai que les toiles d'araignée avec des gouttes de pluie, c'est magnifique, cela me fait un peu pensée à des filets de diamant, mais pour être honnête, je préfère voir les gouttes de pluie sur le corps d'une femme, sur ces cheveux, contre son visage, dans la paume de ces mains.


- Je préfère les voir tombées sur de longs cheveux, mais j'aime bien ton optimisme.


Jetant un coup d'œil sur la chevelure longue et noir de la demoiselle avec un sourire un peu plus dragueur. Oui, il m'arrive souvent d'avoir ce genre d'attitude, de sourire provocateur, cette facette de moi dont je n'ai même pas conscience, cette partie qui me rend faussement sur de moi. Comme un blocage, un frein, un truc qui bloque, qui retient, qui empêche. Tes lèvres sont scellées alors que les miennes osent tout, une différence qui n'est pas minime entre nous.
Les prénoms, une chose dont je n'ai pas pour habitude de prononcer, un surnom sera mieux, plus adéquat. Je n'aime pas appeler les gens par leurs prénoms, j'aime laisser cet anonymat, mais je ne refuse jamais de donner le mien. Il est mixte, il me désigne, il signifie ouragan, il me ressemble.

- Hayate, Hayate Hinano.

Mademoiselle, Petit chat, Cheveux noir, Belle nana, miss, Petite asiatique. Un surnom, un parmi le déluge d'option, le jour ou sortira Orion de mes lèvres sera une marque d'un attachement profond un truc que je ne referais plus avant longtemps.

claude gueuse
Messages : 33
Date d'inscription : 20/04/2017
Localisation : quelque part ♫
Orion Raven
rouge
avatar
Sam 13 Mai - 14:43Orion Raven
rouge
Laisse moi te définir, te comprendre
Croyez vous que le ciel aussi a des humeurs? Après tout, il est aussi changeant qu'un humain
Tu soupire légèrement et passe une main dans tes cheveux trempés, les essorant un peu pour enlever l'eau qu'il y a avant de reporter ton attention sur l'androgyne. Il ou elle avait des cheveux court et tu te demandais si ça t'irais bien à toi, une coupe comme celle-ci. Tes cheveux avaient rarement fait l'objet d'expériences capillaires et pourtant, par moment, tu avais envie de changer radicalement,
de passer du long au court, du noir au coloré. C'est comme pour tes yeux, tu voulais mettre des lentilles de temps en temps, comme par exemple une vert et une jaune, ou des rouges. Tu avais pleins de choses que tu voulais faire sans les faire vraiment, puis tu avais déjà tes lentilles de contact, pas la peine d'en rajouter d'autres encore. Tu avais donné le paquet de clope en trop à la personne qui s'était réfugiée sous le même auvent que toi,
puis tu avais regardé la pluie tomber en repensant à ce que ta mère t'avait dit. Perdue dans tes pensées, tu ne t'étais pas attendu à ce que la personne te tapote l'épaule avec un sourire rassurant. C'est gentil de sa part de vouloir te rassurer, ou peut-être qu'elle n'aimait pas ses sentiments qui s'infiltraient et qui n'étaient pas les siens? Allez savoir, tu ne peux pas évaluer le ressenti de chaque personne par rapport à ta capacité. Peut-être que tu te faisais des idées et que l'androgyne voulait uniquement te rassurer?

Après ça, tu avais enchaîné sur ton avis par rapport à la tristesse de la pluie qui, d'après la personne, semble se suicider du haut du ciel. Elle te répondit avec un sourire dragueur qu'elle préférait les gouttes cristallines sur de longs cheveux noirs et regarda les tiens.
Un air et un sourire gêné s'installa sur ton visage

-Oui, c'est vrai que c'est beau aussi


Tu ne savais plus vraiment quoi dire, tu n'étais pas du genre très bavarde puis cet air provocateur et et ce que l'asiatique avait dit t'avais gêné. Tu n'as pas l'habitude de ce genre de chose auxquels tu étais fermée avant. Tu étais fermée à tant de choses avant que tu as l'impression d'être une enfant qui découvre le monde depuis que tuas pris la pilule. Un nom te fit sortir de tes pensées. Hayate. Un prénom mixte qui ne t'aide pas à trouver le genre de la personne sous ce auvent avec toi.

-Enchantée! Tu as un joli prénom, j'aime beaucoup sa sonorité.


Tu es le genre de personne a aimé un mot juste pour sa façon de sonner. Le genre de personne qu'on regarde dans la rue avant de l'oublier tout de suite. Le genre de personne qui a appris à se fondre dans la masse même si tu sais que maintenant ce n'est plus utile.
Tu sera remarquée au moindre sentiment que tu ressens et quand les gens comprennent que ça vient de toi, il s'éloigneront. Hayate aussi, après tout, qui aime ressentir des sentiments qui ne sont pas les siens? Tu ne pensais pas souvent à ce genre de chose, ça te déprimais un peu, te rendais triste et tu préférais être seule dans ce genre de moments. Sauf que là, tu avais de la compagnie et tu ne savais pas si elle allait ressentir autant ou pas ni comment elle pourrait réagir. Il vaut mieux penser à autre chose, engage la discussion peut-être. D'une main, tu retire ton casque et le range dans le sac avant de regarder l'androgyne

-Dis moi, désolée si ma question est déplacée, mais tu es un garçon ou une fille?


Ta curiosité l'avait emporté et tu avais fini par poser cette question. Que la personne soit l'un ou l'autre t'importait peu, ça te perturbais juste de ne pas savoir. Et dans tes yeux brillait cette petite lueur que ta curiosité créait alors que tu attendais patiemment une réponse.
(c) sweet.lips
Messages : 49
Date d'inscription : 05/04/2017
Localisation : New Haven.
Hayate Hirano
bleu
avatar
Dim 14 Mai - 0:01Hayate Hirano
bleu


Laisse moi te définir, te comprendre


Une main qui glisse sur de longs cheveux humides, un visage bien trop pâle, trop « pur », un quelque chose de chez-moi qui me rend nostalgique, cette impression de tristesse soudaine, toutes ces petites choses, ces détails qui ne semblent pas être très importants, ces petits trucs auxquels les gens ne portent pas forcément attention. Tu as essoré tes cheveux, je ne verrais plus ces gouttes d'eau perlée le long de tes longs cheveux ébène, quel dommage. J'emmêle les miens d'un coup de main, je les sèche de mes mains. Mes mains fines et plutôt féminines. Voilà la seule chose de réellement féminine dans ce corps androgyne. Même les bras levés aucune trace de poitrine, mes yeux sont cependant soulignés de noir, mais la mode des hommes qui se maquille dans les pays asiatiques n'est pas dépassée. Les cheveux, parlons cheveux. Les coupées, c'est tourné une page d'un livre, un livre qu'on ne veut plus lire, un livre douloureux, un truc qui t'a bien bousillée. Cela peut aussi être une façon de s'ouvrir à une nouvelle vie, une nouvelle vision. Les miens, je les ai coupés pour « changer », je ne voulais plus être la petite brune ronde aux cheveux si longs. 

La jeune fille au air gêné avoue que les perles d'eau sur les cheveux sont belles, elle l'avoue et pourtant, elle m'a privée de ce spectacle si beau. Frustrant n'es pas ? Puis elle complimente mon prénom. 

- Merci, moi, je pense sérieusement que mes parents devaient lire dans l'avenir pour choisir un truc qui me colle autant à la peau. 


Le genre de personne qui passe dans la rue et que l'on oublie ? C'est une bien triste façon de penser de soi-même, es que cela la rend triste ? Oui ? Es qu'Hayate partira comme tous les autres ? Aura-t-elle peur de ce don qui est si déstabilisant alors que le siens ressemble un peu au tien ? Il n'y aura qu'en continuant de se regarder, de s'apprivoiser, de s'observer que l'on sera fixé. Pour ne pas regretter, il faut oser, mais oser, c'est dur parfois. 

Finalement voilà la question redoutée « tu es un garçon ou une fille ? » Quoi répondre à cela ? Quand même moi, je ne suis pas sur de la réponse, si la case un et la case deux ne me vont pas ? Si je ne rentre pas dans un de ces « moules », si je ne veux pas être il, ni elle. Si je préfère laisser les autres le choix de ce qui se trouve entre mes jambes. 

- Qu'aimerais-tu que je sois ? Un homme ou une femme ? 


Une réponse vague, une réponse planante, une réponse digne d'un casse tête-chinois. Finalement, la première clope de ton paquet se retrouve entre mes lèvres et je l'allume, j'inspire la nicotine qui me manquait. Je te tends en suite une clope, sûrement que tu fumes également ? Non ? Je n'en sais rien. Préservant le mystère j'expire cette fumé odorante et observe les quelques suicidaires qui s'explose au sol et finalement je regarde une nouvelle fois en ta direction.

- J'ai l'impression que nous en avons pour un long moment. Mettons nous à l'aise.


Je me laisse tomber contre le sol, le sol qui n'est pas touché par la pluie à cette endroit, pour le moment. Puis je lève mes yeux et t'incite d'un regard à faire de même que moi. Assise comme une enfant j'observe la ville s'éteindre de ces lumières, bientôt il fera nuit, la lune et les étoiles ne seront pas visible, mon portable ne me serre à rien, il n'y a personne qui m'attendent ici, personne ailleurs non plus d'ailleurs.
claude gueuse
Messages : 33
Date d'inscription : 20/04/2017
Localisation : quelque part ♫
Orion Raven
rouge
avatar
Dim 14 Mai - 0:45Orion Raven
rouge
Laisse moi te définir, te comprendre
Croyez vous que le ciel aussi a des humeurs? Après tout, il est aussi changeant qu'un humain
Tu ébouriffa un peu tes cheveux avant de rire à la remarque de Hayate. Tu ne le (ou la) connaissais pas assez pour en juger mais tu n'en doutais pas bizarrement.

-Les miens devaient être des férus de l'astronomie. C'est pas un prénom bien courant Orion


Puis des pensées déprimantes t'avais traversé avant que tu te reprenne pour éviter le plus possible un quelconque malaise avec Hayate. Après tout, c'est rare de rencontrer des personnes sympathiques sous un auvent en pleine averse non? Et finalement la question qui trottait dans ta tête s'échappa de tes lèvres. Tu espérais ne pas l'avoir vexé ou quoi. Mais sa réponse te surpris beaucoup. Ce que tu préférais qu'il ou elle soit? Hé bien, aucun des deux ne te dérangeais et, dans un coin de ta tête, tu te fis la réflexion qu'Hayate ne devait pas être trop à l'aise avec son corps, quelque chose dans le genre. Ou alors il ou elle jouait de son physique androgyne. Tu laissa tes yeux parcourir son corps à la recherche d'un petit détail pour t'aider et remarqua ses mains, ses mains qui étaient bien féminines. Souriante,
tu fini par répondre

-Aucun des deux me dérange mais je vais te considérer comme une fille, je me sentirais plus à l'aise


Elle te tendit la clope, sûrement pensait-elle que tu fumais. Et c'est vrai que cela t'arrivais de temps en temps, très rarement car tu ne voulais pas non plus risquer une quelconque dépendance. De tes doigts fins, tu pris la cigarette et la posa entre tes lèvres roses avant d'inspirer tranquillement, laissant la fumée envahir ta gorge et tes poumons avant de la souffler vers le ciel et de rendre la cigarette. La brunette te parla à nouveau et tu haussa les épaules

-En effet, on risque de finir malade si on prend le risque de traverser cette pluie.


Tu la regarde s'installer et t'inviter à faire de même. Il n'y avait pas beaucoup d'endroit sec sous ce auvent et le seul qui restait se trouvait bien à côté de celui de Hayate. Ça ne te dérangeais pas d'être quasiment collée à elle, puis il n'y aura que vos épaules qui se toucheront, rien de bien gênant. C'est donc avec une délicatesse involontaire que tu t'installa en tailleur à côté de la jeune femme, les yeux levés vers le ciel pour constater que le soleil déclinait. Ton père n'allait rien lui dire, il avait l'habitude de te voir rentrer à des heures complètements différentes à chaque fois. Puis il avait vu le temps, il se doutait bien que tu étais à l'abri et que tu attendais que ça se calme.

-C'est dommage, on ne verra pas les étoiles si le ciel ne s'éclaircit pas un peu


C'est vrai qu'il ne semblait pas laisser le loisir de regarder ces milliers d'astres qui parsemaient le ciel noir d'encre de la nuit. Dommage, tu adorais te perdre dans ta contemplation quand elles étaient visibles, te perdre dans tes souvenirs et t'imaginer milles et unes histories en les voyant. C'était enfantin, mais ça t'apaisait autant qu'une dose d'héroïne apaise un drogué en manque.

-Tu pense que ça va tomber toute la nuit?


L'idée en soit ne te dérangeait pas trop, mais tu étais curieuse, comme toujours et tu te demandais si le ciel allait être triste longtemps.
(c) sweet.lips
Messages : 49
Date d'inscription : 05/04/2017
Localisation : New Haven.
Hayate Hirano
bleu
avatar
Dim 14 Mai - 17:46Hayate Hirano
bleu


Laisse moi te définir,
te comprendre

L'androgyne écoute la brune aux longs cheveux déblatérer sur le fait que ces parents doivent aimer l'astronomie. Cette fille à un truc de particulier, elle ne semble pas vraiment être le genre de personne sur qui j'aime me venger de mon passé. Peut-être que c'est une « bonne » fille. Bonne dans tous les sens du terme... Hayate, Voyons ! Une claque mentale m'oblige à être plus sérieuse. Elle redonne son prénom, un prénom que je préférerais ne pas retenir, mais celui-ci m'interpelle et je la regarde. Son prénom, Orion, c'est un prénom Masculin de base, un prénom qui en grec signifie un truc du genre « Inconnu ». Le sait-elle ? Elle parle des constellations, effectivement, c'est aussi le nom d'une Constellation.

- Ton prénom à deux sens assez original. C'est intéressant. Cependant, je ne l'utiliserais pas de suite. Je préfère t'appeler par un surnom. « L'étoile », ça correspond plutôt bien à l'image que tu reflètes dans mes yeux.

L'étoile choisit finalement mon sexe, c'est étrange dis comme ça non ? « Je vais te considérer comme une fille, je me sentirais plus à l'aise » elle n'est apparemment pas à l'aise auprès des hommes, pourquoi ? Sûrement ne comprendrais-je jamais ce malaise entre les deux genres... Peut-être parce que mon look me donne la possibilité d'être des deux parties ? La clope entre ces doigts, elle la ramène à ces lèvres roses, ces lèvres que je fixe maintenant. Les lèvres roses sur un teint pâle, elle est la parfaite Japonaise, celle qui suit les règles. Peut-être ne l'est elle même pas ? C'est possible. Elle me rend la cigarette qui se retrouve de nouveaux entre mes lèvres à moi, il m'arrive de mettre du bordeaux sur mes lèvres, aujourd'hui non. Elle commenta l'une de mes phrases, j'analyse sa réponse. Je ne sais pas pourquoi je fais constamment cela, c'est agaçant non ? « -En effet, on risque de finir malade si on prend le risque de traverser cette pluie. » Cette phrase « Traversée, cette pluie » Traverse t-on réellement la pluie ? Ou sommes nous juste seulement une épreuve en plus pour ces suicidaires ? Hayate, les joints ça te fait trop réfléchir.

- Oui, ce serait dommage et je serais donc une fille.

En réalité, j'aurais était capable de sortir sous la pluie si je n'habitais pas si loin, le prochain bus ne sera que demain matin, j'attendrais. De toute façon, je ne suis pas pressée et les rues de New Haven ne me font pas spécialement peur.En réalité, j'aurais était capable de sortir sous la pluie si je n'habitais pas si loin, le prochain bus ne sera que demain matin, j'attendrais. Bref, nous réfléchirons à cela plus tard. La jeune femme vient prêt de moi et s'assoit sur la seule partie sèche qui se trouve contre moi. Nous ne verrons pas le ciel, c'est une certitude, les nuages sont gris et la nuit tombe plus rapidement que d'habitude à cause de la noirceur de ces nuages, l'étoile me demande si je pense que la pluie va durer, j'espère qu'elle durera, je ne veux pas être la seule à rester ici. C'est égoïste ? Je le sais. Je n'ai jamais cherché à ne pas être égoïste.

-Je pense, j'espère que oui.

J'espère que oui, une façon de dire « J'espère que tu seras obligé de rester sous ce auvent avec moi, jusqu'à ce que je ne doive partir sous la contrainte.

claude gueuse
Messages : 33
Date d'inscription : 20/04/2017
Localisation : quelque part ♫
Orion Raven
rouge
avatar
Dim 14 Mai - 18:53Orion Raven
rouge
Laisse moi te définir, te comprendre
Croyez vous que le ciel aussi a des humeurs? Après tout, il est aussi changeant qu'un humain
Tu étais installée près de Hayate alors qu'elle commentait ton prénom et dit qu'elle préférerait t'appeler l'étoile car ça te correspondait, d'après elle. Pourquoi l'étoile? Tu ne pensais pas ressembler à une étoile, à ses astres qui brillaient haut dans le ciel, qui pouvaient apaiser les coeurs, leurs rappeler des souvenirs aussi douloureux que joyeux. Et personne ne voit quand elles s'éteignent, c'est tout aussi triste que les gouttes de pluie qui se suicident. La jeune femme répondit à ta phrase et au faite que tu avais décidé qu'elle soit une fille avant de hocher la tête et de regarder le ciel.

Puis tu avais demandé si l'averse continuerait encore et la réponse de Hayate te surpris un peu. Elle voulait qu'il pleuve encore et encore? Pourquoi donc? Pourquoi l'espérait-elle?
Tu regretta alors d'avoir comme capacité l'hyper expression et non l'empathie, ça t'aurais été un peu plus utile. La, tu pouvais juste la regarder en haussant un sourcil avant de formuler ta question à voix haute

-Pourquoi tu l'espère? Tu ne veux pas rentrer chez toi?


Dans ton cas, rentrer ne te faisais plus aussi envie qu'avant, la maison est... vide un peu sans ta mère, il manque quelque chose et tu le sens tellement que, parfois, ça en deviens étouffant et que tu veux juste sortir, peu importe l'heure qu'il est. Ton père s'y est habitué et te dis juste de faire attention à toi. Il sait que tu reviendra, que tu ira mieux et il sait aussi bien que toi que la maison n'est plus pareil. Généralement, tu avais la musique pour palier un minimum à tes coups de blues passagers, tu en avais même trouvé une qui était si apaisante...

-Tu écoute quoi comme genre de musique Hayate?

Un petit sourire aux lèvres, tu tendis ta main vers la cigarette alors qu'un courant d'air froid souffla contre ta nuque et t'arracha un frisson, te faisant te recroqueviller sur toi même. Tu passa un bras derrière tes jambes, ta main posée sur tes cuisses toute douce (merci les effets secondaires de la pilule), alors que tu attendais gentiment que la brunette te passe la clope et réponde à tes questions si elle le voulait.
(c) sweet.lips
Messages : 49
Date d'inscription : 05/04/2017
Localisation : New Haven.
Hayate Hirano
bleu
avatar
Dim 14 Mai - 20:15Hayate Hirano
bleu


Laisse moi te définir,
te comprendre


Pourquoi l'étoile ? Hayate avait trouvé ce surnom assez beau, le contraste des étoiles dans le ciel, la couleur de tes cheveux et celle de ta peau un autre contraste, puis ton prénom qui rappelle le ciel, voilà pourquoi « l'étoile ». Parfois lorsque l'androgyne s’ennuyait profondément, ce sont les étoiles qui l'accompagné dans ces délires de droguer. Posé sur un toit à regarder le ciel comme s'il était un être à part entière que l'on dévore du regard, mais qui reste intouchable. Intouchable, ne l'es-tu pas ? Tu es le genre de personne que je ne me permets pas de toucher, tu n'es clairement pas le genre de personne capable de blesser les autres, tu es de celles qui ont sûrement eu du mal à s'intégrer. «L'étoile Intouchable ».

L'androgyne observe les réactions trop évidentes à déchiffrer de l'étoile qui est d'ailleurs plus grande d'environs 5 cm, c'est un fait. Ah, je mettrais des bottes à talon compensé si nous sommes menées à nous revoir. Vous savez, ces chaussures un peu gothiques au talon épais, mais qui n'est pas spécialement féminin ? Bref. La demoiselle en face de l'androgyne semble perdu, elle l'est. Elle se questionne, pourquoi l'androgyne allumé qui parle de la pluie suicidaire voudrait que la pluie ne cesse pas de suite ? Pourquoi cette dragueuse tomboy s'amuserait à retenir le temps ? Eh bien la réponse est si simple.

- Je ne veux pas que l'étoile file.

Un jeu de mot si peu cherché, en réalité, l'ouragan androgyne ne veut seulement pas être seule et s’ennuyait, elle ne veut pas perdre ce qui actuellement l'occupe. L'égoïsme à son paroxysme. Si l'on devait réécrire la définition « d'égoïsme » nous trouverions sûrement « Hayate ». Malgré que l'androgyne est un défaut encore pire que celui-là, mais l'étoile intouchable s'en rendra sûrement rapidement compte.

Sans trop savoir pourquoi Hayate à cette impression que finalement, Orion n'a pas spécialement plus envie qu'elle de rentrer. Peut-être n'es qu'une impression ? L'étoile parle de musique, elle demande à l'androgyne ce qu'elle écoute. Elle en écoute des choses, beaucoup de choses. Elle aime le rock, la j-pop, la k-pop et d'ailleurs, elle chante également.

- J'écoute un peu de tout. En ce moment, j'écoute beaucoup de Nirvana et une chanson des Bigbang. Il m'arrive de chanter aussi. Dans les rues, les bars.

La demoiselle quémande la cigarette, la cigarette qu'elle lui a offerte, bon soit raisonnable Hayate. Lentement, elle pousse ces doigts du filtre et rapproche le filtre des lèvres de la demoiselle, quand celle-ci le glisse entre ces lèvres, Hayate enlève ces doigts et ce positionne de manière très peu féminine, les genoux plier et écarté, les mains contre le sol derrière elle, les bras tendus l'aidant à se maintenir.

- Et toi l'étoile, t'écoute quoi ?
claude gueuse
Messages : 33
Date d'inscription : 20/04/2017
Localisation : quelque part ♫
Orion Raven
rouge
avatar
Dim 14 Mai - 20:47Orion Raven
rouge
Laisse moi te définir, te comprendre
Croyez vous que le ciel aussi a des humeurs? Après tout, il est aussi changeant qu'un humain
La réponse de la jeune femme te surpris à nouveau. Tu ne t'attendais pas à ce qu'elle veuille que tu reste, même si au fond tu avais un doute. Après tout, vous vous connaissiez à peine, au pire elle cherche juste à garder la compagnie qu'elle a. Tu ne dis rien cependant, après tout toi aussi tu as envie qu'il pleuve encore pour rester en compagnie d'Hayate, elle est sympa pour le peu que tu as vu et ta capacité n'a pas l'air de la déranger, ou alors elle s'en fiche juste et n'a pas fait attention. La petite brunette, tu es un peu plus grande qu'elle après tout, répondit à ta question par rapport à ce qu'elle pouvait écouter. Elle chantait en plus de cela? Hé bien, tu essayera de passer à un endroit où elle chante pour l'entendre. Tu étais curieuse, tu l'as toujours été malgré les changements que tu as eu.

La jeune femme amena la cigarette que tu avais demandé jusque tes lèvres avant de retirer ses doigts. Tu n'étais pas habituée à ce genre de chose, ce genre de geste aussi anodin soit-il et, sous la gêne, tes joues pâles se colorèrent d'un joli rose alors que tu inspire la fumer pour la relâcher dans l'air et rendre la cigarette

-Merci. Et j'aimerais bien t'entendre chanter. J'écoute un peu de tout aussi, en ce moment je répète une musique en boucle car elle m'apaise beaucoup. Attend je te la fait écouter.


D'une main, tu repris ton casque qui était dans le sac plastique et le posa délicatement sur la tête d'Hayate avant de sortir ton téléphone pour brancher le câble dans la prise. La coque de ton téléphone était noire parsemée d'arabesque colorées. Tu le déverrouilla pour laisser voir une photo de ta famille au complet, comme avant. Tu souris, nostalgique avant de chercher la musique et de la mettre sur play

-C'est une musique qui vient du film "Theory of everything". Ce n'est probablement pas aux goûs de tout le monde donc si tu n'aime pas retire juste le casque.

Faiblement, tu entendais la musique à travers le casque et bougea automatiquement la tête au rythme de la mélodie qui te détendait. C'est fou qu'une musique puisse avoir un effet pareil sur un être humain non? Tu l'adorais, elle te transportait et te détendait, te relaxait, t'apaisait et chassait tes mauvaises pensées aux loin. Regarder les étoiles avec une musique comme celle-ci était parfait pour toi, grande rêveuse que tu es. Tu espérais que Hayate aime, comme ça vous pourriez regarder la pluie tomber ou parler avec la musique en arrière fond. Tu avais du mal avec le silence car pour toi, c'était synonyme de solitude et tu ne l'aimais pas. Tu en avais peur, autant que tu as peur de ta capacité. Étrange n'est-ce pas?

Ton attention se reporta sur la miss et tu attendais son verdict avant de voir qu'une de ses mèches tombait près de son oeil. Presque par réflexe, tu retira doucement la mèche en effleurant la peau de la jeune femme du bout des doigts, te faisant la réflexion qu'elle avait la peau douce elle aussi. Tu ne pris pas la peine de t'expliquer, tu souris juste. Pas un grand sourire débordant de joie, un petit sourire adorable qui suffit à expliquer des gestes qui n'ont pas de raisons. Tu la trouvais mignonne malgré son look qui faisait assez garçon et son physique d'androgyne et espérais que tu puisse être amie avec elle.
(c) sweet.lips
Messages : 49
Date d'inscription : 05/04/2017
Localisation : New Haven.
Hayate Hirano
bleu
avatar
Dim 14 Mai - 22:03Hayate Hirano
bleu


Laisse moi te définir,
te comprendre



L'étoile est surprise, apparemment, je la surprends, elle est tellement facile à comprendre, plus que les autres, c'est comme si chacune de ces émotions étaient encore plus visible, comme si rien ne pouvait les cacher, c'est impressionnant. Cette capacité ne me change pas réellement de mon don à moi, donc pourquoi fuirais-je ? Depuis toute petite, je suis complexée par ma taille, alors si je pouvais me douter du surnom « petite brunette » peut-être ne le prendrais-je pas si bien qu'il ne le faille. Le geste que j'avais eu contre tes lèvres avait atteint son but, les joues de la demoiselle, c'était empourpré, le rouge est une couleur sublime. Pourquoi n'avais-je pas douté une seconde de la réaction qu'aurait la demoiselle ? Au moins de par cette réaction, je peux en conclure que la brune n'est pas habituée à ce genre de geste ce n'est donc définitivement par le genre de personne à se fondre très rapidement avec les autres, sûrement la petite timide de la classe, la discrète, celle que l'on ne perçoit pas. J'ai étais cette fille-là.

Le casque sur mes oreilles vient d'être posé, j'écoute donc la musique, j'aime ce son, il est plaisant à entendre. Alors que je suis concentré sur la musique ta main touche mes cheveux, effleure mon front, je te regarde du coin de l'œil sans un mot, se sourire qui venait de s'afficher sur ton visage me fit sourire aussi. Je ferme les yeux un instant pour profiter de la musique, puis je réouvre les yeux à la fin de la musique et ayant le casque et sans me rendre compte du volume de ma voix, je crie :

- Tu voudrais m'entendre chanter ? Cela peut se faire.

Je lui pique son portable des mains et active l'internet, puis sur YouTube, je tape le nom de mon tout premier groupe The Hums - Spell , malgré que mes chansons les plus récentes ne soit pas celle-ci. Les plus récentes étant celle du groupe HYDN

- Écoute donc.


Je lui pose le casque sur sa tête, je profite pour capturer une mèche de ces cheveux et la glisser le long de mes doigts. Ils sont doux, ils sont beaux. Je lâche tes cheveux doucement et pince ta hanche, une façon taquine pour t'embêter, une façon de m'amuser comme une gosse sans vraiment réfléchir à l'interprétation des gestes, malgré mes 22 ans.

Je te regarde en suite examiner ma chanson ou malgré mes origines japonaises, je chante Coréen. Mon prénom est d'ailleurs Japonais, mais je suis fan des groupes de K-pop alors pourquoi aurais-je choisis une autre langue que le Coréen ? J'appuis mon corps pour mettre le poids de mon corps sur mes bras et balance mon visage en arrière écoutant l'eau et légèrement la musique de ton casque qui n'est nul autre que ma voix. Étrange comme situation.

claude gueuse
Messages : 33
Date d'inscription : 20/04/2017
Localisation : quelque part ♫
Orion Raven
rouge
avatar
Lun 15 Mai - 14:41Orion Raven
rouge
Laisse moi te définir, te comprendre
Croyez vous que le ciel aussi a des humeurs? Après tout, il est aussi changeant qu'un humain
Tu avais mis ton casque sur les oreilles de Hayate et la regardait écouter ta musique sans avoir broncher quand tu retira la mèche sur son front. Elle ferma les yeux avant de les rouvrir quand la musique se termina. Tu attendais son verdict qui arriva et te fis sourire avant de dire que tu pourrais l'entendre chanter. Vraiment? Avant que tu ne puisse répondre, elle te prit ton téléphone et alla sur youtube pour chercher une musique. Une fois la musique trouver, la miss mit ton casque sur tes oreilles pour que tu écoute. Le regard perdu au loin, tu te concentrais sur la musique que tu entendais, laissant la jeune femme jouer avec tes cheveux. Elle chantait bien, même si c'était pas le genre de chose que tu écouterais tout le monde, mais tu aimais bien, elle avait une jolie voix.

Quand la musique se termina, tu retira ton casque et sourit à Hayate

-Tu chante bien, j'aime beaucoup ta voix. Je viendrais t'écouter en vrai un jour


C'est vrai, tu aimais beaucoup sa voix, elle était agréable à entendre.

-J'ai une autre chanson qui est un peu différente de celle que je t'ai faite écouter.


Tu débranche le casque de ton téléphone, de toute façon il n'y avait personne à cette heure.
Il était tard d'ailleurs, 21h45, le temps est passé bien vite, tu ne t'en étais pas rendue compte. Tu fouilla dans tes musiques avant de trouver ce que tu cherchais et de la mettre sur play. C'était l'opening de gravity falls. Tu avais vraiment de tout en faite dans tes playlist, du métal, du rock, des openings, des amv, des musiques de films. De tout, vraiment. Le sommeil vient te piquer les yeux et tu les frotta, te maudissant d'avoir dormi à peine 4h la nuit dernière. Tu avais tellement de mal à t'endormir, les cauchemars revenaient te hanter alors que tu les croyais parti loin depuis un moment. Comme quoi...

-Dis, est-ce que tu aime ta vie actuelle?


Poser cette question avec du gravity falls en fond, c'était étrange et elle était partie toute seule. La fatigue ne t'aidait pas à te retenir de poser des questions qui pouvaient être indiscrètes. Non, tu voulais juste savoir. Ta curiosité te poussais parfois loin, très loin, au point de vouloir absolument tout sur des gens, ce qu'ils ont vécus, ce qu'ils ressentent, ce qu'ils pensent, ce qu'ils veulent. C'est dans ces moments là que tu paraît moins timide, moins renfermée sur toi même. Tu te demandais si Hayate allait mal réagir à ta question, si elle allait se rétracter ou t'envoyer bouler. Ce serait normal, après tout, qui répondrait à ce genre de question venant d'une presque inconnue?
(c) sweet.lips
 
[Orion & Hayate] Laisse moi te definir, te comprendre.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Regardez ça aller. Est-ce que je tire trop fort sur la laisse de l'animal?
» Laisse la force te guider [libre]
» C'est un charnier sentimental que je laisse derrière moi [Livre 1 - Terminé]
» Ne la laisse pas tomber, elle est si fragile.. | Asher
» ❝La vie nous laisse le choix d’en faire un accident ou une aventure. ❞ CALLIE&DONOVAN
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Happy Pills :: New Haven :: Grand Avenue :: Centre Commercial-
Sauter vers: