AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

“i can't feel cause i'm numb”

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 1
Date d'inscription : 03/03/2017
Xanthe Doxiadis
avatar
Ven 10 Mar - 17:56Xanthe Doxiadis
ils l'appellent dox
dox est faussaire
célibataire à terre
née le 2 juin 2009
souffre de toxicomanie
ft. sailor uranus + erika linder
grecque d'origine
fan de brahms
et de brandy
a une voix cassée
un humour caustique
était achromate jusqu'à peu
rouge ou bleu, aucune importance, elle voit pas les couleurs. rouge apparemment. ok, rouge. tout ce qui s'ingère et s'injecte passe dans son sang ce soir. ce n'est qu'un autre soir parmi la multitude.

passe un temps, elle va en titubant, elle a les genoux qui se touchent, les lumières cillent comme des yeux, autant que faire se peut elle se rattrape aux jambes qui ne se terminent pas, elle s'est déjà cassé le nez sur un mur. elle longe le comptoir jusqu’aux assises, pose le verre et regarde la crinoline du dernier archange qui passe. dans la tranchée parallèle un mec de la sécurité l’attrape par le bras et la traîne jusqu’à la sortie.

les ombres fondent et la lumière s’emmêle. la vue se trouble comme l’eau sombre de la lagune aux sirènes. gémination, gestation, mettre bas à un désastre ça lui prend moins d’une minute humaine. la montée se fracasse aux portes de la nuit plus qu'à celles du club qui se ferme. elle crache le sang, et tout d'un coup, elle voit le sang.

le sang est rouge. le sang est rouge alors qu'il a toujours été noir. noir, grave, gris, demi-teinte. dox s'évanouit.

au réveil il y a trop de violence absolument partout. l'existence soudainement polychrome de toutes les choses palpite avec la puissance d'un orchestre philarmonique. les plus nanoscopiques couleurs s'agitent comme des mille-pattes de tous les côtés de la vie et elle est incapable de vous donner leurs noms. les sens s'exacerbent et se règlent comme la lunette d'un microscope. ça y est, elle peut voir, toucher, entendre, sentir au plus profond, comprendre le contour, ses yeux vitreux sa bouche à la bile acide ses tympans sont des prismes surexcités, sursollucités, surirradiés. le corps de dox est réceptif à des informations latentes qu'il n'aurait d'aucun temps jamais su traduire. la trajectoire d'une mouche, le pas du marcheur, le sifflement du vent, le bourdon d'une pensée ont tous une couleur et un coeur.

à présent dox overbookée par le rythme du monde se demande comment en finir. elle a tellement giré qu'elle a fait des vortex… est devenue télescope… et puis satellite… et puis extraterrestre, sur un anneau saturnien, les poumons dans la bouche, le troisième oeil en pleurs rivé sur une dimension synesthésique qui pour les autres n'existe même pas.



dans l'absolu, il n'y a pas de bonne ou de mauvaise drogue. on peut seulement distinguer les drogues légales, les drogues prescrites, et les drogues interdites. voilà ce qu'ils vous disent au téléphone par message automatique si vous appelez à quatre heures du mat au bord du gouffre. si vous restez en ligne ils vous mènent à un menu avec une foule d'options que vous ne comprendrez pas, alors qu'évidemment tout se réduit à une chose, à la touche un : j'ai mal. l'absence d'interlocuteur vous découragera et vous raccrocherez, parce que vous n'avez pas besoin d'enregistrement, vous n'avez pas besoin de menu, vous n'avez pas besoin de musique d'ascenseur. vous avez mal et vous ne voulez plus avoir mal. il vous faut de l'aide. l'aide d'une personne, d'un inconnu, de n'importe qui, de martha chez drogue info service. et quand même martha ne décroche pas... on s'aide soi-même.

dans l'absolu, il n'y a pas de bonne ou de mauvaise drogue. les drogues sont partout. parfois vous les achetez à vos enfants et parfois votre pharmacie vous les vend sur ordonnance. parfois vous les prenez à la fête pour rester plus longtemps et parfois au travail pour avoir des idées. vous les prenez pour ne pas sentir l'intervention chirurgicale et vous les prenez pour penser à autre chose. vous les prenez pour oublier le vide. vous les prenez pour survivre à la douleur, au noir, aux fantômes du lit. vous les prenez pour empêcher le désespoir de passer la porte alors que vous lui avez donné les clés hier.

ne te vexe pas si je ne viens pas aujourd'hui. ne te fixe pas d'objectifs. cette tragicomédie n'en a pas terminé, pas encore d'entracte. mais je vais rester un peu avec vous. je vais même venir au dîner. et vous pourrez dire tous en choeur, famille, amis, proches lointains et étrangers ; aujourd'hui, aujourd'hui elle est encore plus maigre. bien sûr je quitterai la table en embrassant le front de ceux que j'ai déçus. parce que le temps presse, mon temps à moi, et je commerce de ce temps, de ces ersatz, de faux certificats, de papier frelaté.

mon problème vient du fait que je n'ai pas de problème. la plupart des gens qui me voient dans mes bons jours ne remarquent rien et rien ne dépasse de ma chemise. présenter à la face du monde un visage charmant, et des mains ordinaires, et un joli sourire, c'est assez. cela s'appelle une farce. mais tout comme la vie, la farce ne fonctionne pas toujours, et elle laisse sur la touche, sur le pavé, dans le brouillard, alors de tous les démons c'est l'heure de passage. je leur fais des traits d'esprit, je leur fais de l'humour, je les distrais autant que possible. mais un démon ça ne se dupe pas. pas longtemps.

ce n'est pas que personne ne m'aime. à vrai dire tout le monde m'aime un peu et personne ne m'aime assez. le problème est toujours dans la dose. la vérité c'est que je n'aime pas non plus, car je suis comme mes simili, comme mes documents, l'image d'un espoir contrefait, d'un ami qu'on s'imagine pouvoir sauver.

je me dégoûte des choses et elles se dégoûtent de moi. elles s'éloignent de ma charpente comme s'éloignent les amis d'enfance, comme s'éloignent les rêves qu'on veut faire encore une fois. le cristal se fracasse pour entrer dans les bronches et, ah ! c'est ici l'équateur. c'est ici le pays merveilleux. je monte dans la pirogue et la pirogue s'éloigne de la rive, je pars écouter le bruit du néant. je pars m'écrouler dans la mer.

il y a eu tant de fois où xanthe est revenue. le retour à la terre, le nouveau prêche, le nouveau moi. tant de fois si propres où la blondie aux yeux d'ange sortait de l'inframonde pour faire le sacerdoce. tant de fois avec des paroles d'évangile dans la bouche, des vêtements sans plis, des cheveux sans vomi, des trajets sans tomber, ni même vaciller une seule fois, sans renverser une miette par terre, comme une grande. cette fois c'est bon, c'est clean, je suis ok. et puis la semaine d'après xanthe penchait la tête sur le côté en regardant vers le bas, et alors c'en était fini. plus de xanthe. dox la tox à nouveau.

j'ai déjà tapé aux portes de l'olympe plusieurs fois, tant de fois... mais une seule fois, alors que la pièce commençait à tourner sur elle-même puis à disparaître, zeus a regardé travers le judas et il a pleuré. alors je suis tombée des escaliers, et je me suis fait des bleus sur la peau, des bleus sous la peau, et je me suis quittée. j'ai perdu quelque chose que je n'ai jamais possédé. la descente dure à peine une heure et j'ai déjà passé ma vie dans cette heure, et après les limbes durent mille ans. la fille dont on dit qu'elle est cool, sociable, sympa, dont on ne sait pas vraiment ce qu'elle fait dans la vie, dont on aime tous la compagnie, la fille qui s'est perdue dans les lignes et les couleurs ; cette fille-là mourra seule.

je ne suis pas quelqu'un de foncièrement mauvais. je n'ai rien de quelqu'un de bien non plus. je n'y suis pour personne. et personne ne me le rend. le seul qui marche à mon côté c'est le vide.

quelle plaie le vide. le vide est partout, plus omniscient que dieu. le vide te fait comprendre qu'il faut survivre à ton propre désastre. sortir de tes décombres. quand on est un ver qui rampe sur la charogne du monde, il faut se contenter de peu, et rire de presque rien, surtout de sa tristesse. qu'est-ce qu'il y a de plus précieux que la tristesse que chacun porte en soi ? peut-être la lumière. moi j'ai besoin de lumière pour vivre. mettons que toutes les autres choses soient, disons, une bougie, et que la drogue soit, disons, le soleil. c'est comme ça que j'avance, en rampant vers le soleil, au bout d'un corridor, venue dans le désert pour mourir. les os, le coeur, l'enfer particulier, la distance entre le plaisir et la mort, le corps laissé pour compte après une pichenette dans la seringue. hop. plus de dox. hop. tout d'un coup les crocodiles reviennent au nil. le sang se dilue et les yeux basculent dans un puits à voeux. mon unique voeu serait que cet instant dure toujours, cet instant de grâce, cette éternité courte avec toi, mon amour, mon grand amour, mon bel amour. rideau.

oui c’est vrai, les choses que j'aime me cassent. je peux les contempler longtemps sans intervenir. c'est cassé de tous les côtés. ça se répare ? non. sans doute. probablement pas. c'est trop cassé. est-ce que c'est cassé à l'intérieur ? il y a une fêlure. ça va coûter combien ? peut-être que ça ira. peut-être que ça se répare. non, ça se répare pas. quand c'est cassé c'est cassé.

bonsoir vous, c'est tommy, comment ça va? bien? ouais top. ce personnage est une thérapie, s'il a l'air un peu vide c'est normal j'espère que ça dérange pas. je fais l'histoire bientôt, dieu vous garde, la bise il va de soi


Messages : 85
Date d'inscription : 09/03/2017
Katherine Cavalcante
bleu
avatar
Ohlalala, Sailor Uranus elle me vend tellement du rêve, jpp. smouark
Messages : 234
Date d'inscription : 21/02/2017
Localisation : Chapel Street
Arsen B. Eastwood
bleu
avatar
OK ALORS CETTE FICHE EST PEUT-ÊTRE FINIE JE NE SAIS PAS. ((j'avais lu le cara, totalement envoûtée par ta plume)) ET JE VIENS DE VOIR QUE TU AS AJOUTE L'HISTOIRE. Est-ce terminé??? (wait je vais vérifier le topic des validations dans le doute) ((mmmh))

Si tu as terminé n'hésites pas à le signaler ici clique vite, sinon il ne te reste plus que jusqu'à dimanche pour la terminer.

Des bisouuuus coeur kiss

ps: je meurs encore, cette fiche c'est de l'or
Messages : 165
Date d'inscription : 03/03/2017
Sakura Aoki
rouge
avatar
Mer 22 Mar - 17:10Sakura Aoki
rouge
Bienvenue !!! ♥♥♥

Je suis triste, je n'ai jamais eu l'occasion de te croiser, mais j'ai toujours voulu poster ici parce que tout m'intrigue. Les mots choisis sont maniés à la perfection, il y a quelque chose qui engloutit et envoûte, j'aime beaucoup. Et sa capacité, une achromate qui devient une synesthète, qu'est-ce qu'elle doit être perdue la pauvre. ;; J'ai vraiment hâte de voir la suite et je t'envoie tout mon courage !

Des bisous hihi.
Messages : 86
Date d'inscription : 22/03/2017
Ona Mhatasi-Keegan
bleu
avatar
Et coucou !
Une si jolie fiche, je suis triste qu'on ait pas eu de tes nouvelles depuis si longtemps :(
Je la déplace donc dans la corbeille, mais hésite pas à envoyer un mp au staff si tu souhaites la récupérer !! On sera content que tu viennes nous rejoindre kiss
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
 
i can't feel cause i'm numb
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SOMETIMES I FEEL MY HEART WILL OVERFLOW ✗ le 30/03 vers 01h58
» Your worst battle is between what you know and what you feel ▬ Nolà&Lulla
» Rosemary > Can you make it feel like home ?
» Sahara ▬ I feel so close to you right now, it's a force feel [DONE]
» Everything that kills me, makes me feel alive. [Morgan]
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Happy Pills :: Fiches abandonnées-
Sauter vers: