AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 

“Un uomo che non prende cura della sua famiglia non diventerà mai un uomo.”

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 85
Date d'inscription : 09/03/2017
Katherine Cavalcante
bleu
avatar
KATHERINE CAVALCANTE
Feat; OC •• Ilya KUVSHINOV // Irl; Roxane Mesquida
37y.o
f.
bleus
surnom
Kath, Kathy, Kit-Kath [Surnom donné par son ex-mari]
métier
Propriétaire d'un petit pub en vogue.
situation familiale
Divorcée, Trois enfants.
naissance
10/07/1994, Naples, Italie.
autre
Bouteille Facile.
Ma pilule bleue
" Maman, je peux avoir un nouveau portable ? Toutes mes copines ont le dernier modèle ! ", " 'Man, j'sors chez un pote, m'attends pas pour diner. ", " Maman, tu te souviens de ce garçon que j'ai invité la dernière fois ? Eh bien .. C'est un peu plus qu'un ami .. ".

" Je te ne te comprends plus, Kath'. "


Encore une journée à dormir dans un lit vide. Des draps froids, le téléphone qui vibre sans cesse, les volets qui grincent, le parquet qui craque, les bruits des tasses du petit dej', la dispute matinale des enfants, la porte qui claque, le moteur de la voiture. Le silence. "Je pense que je vais dormir dans le salon quelques temps.". Ne fais pas ça. " J'ai peur de perturber les enfants. ". Mais bien sûre. " Tu sais que je t'aime. Que je t'aimerais toujours mais ... " Je t'en supplie, tais-toi. Je ne veux pas l'entendre. Laisse moi croire que tu n'es pas comme les autres. Laisse moi croire que tu ne m'abandonneras jamais.

03h58. Fermeture du pub. Deux, trois filles qui ont ravalé leurs culottes. Un bourré qu'on expulse de la boite. Une bande de potes qui rient sur le chemin du retour. Des dealers qui traînent dans les coins sombres. Quoi de plus normal ? Un coup d’œil sur mon écran. Manu, 3h02. " Je t'ai laissé un plat dans le micro-ondes. Tu dois être encore au boulot. Bonne nuit, Kath. ". Pourquoi ? Qu'essaies-tu de faire avec ta gentillesse ? Je croyais que tu ne voulais plus de moi ? Alors pourquoi tu continues d'agir comme si notre couple était heureux ? Arrêtes tes conneries, Manu. T'es malheureux avec moi et c'est pas tes petites gentillesses qui vont arrangés les choses. Tu ne m'aimes pas assez pour rester. Ca ne sera jamais assez. Ne m'as-tu déjà pas assez puni comme ça ? Ça ne te suffit pas que je souffre ? Que je sois contrainte de vivre dans la même baraque qu'un mec qui veut plus m'baiser ? Et en plus, tu fous toute ma rage en l'air avec ta gentillesse à la con. Mais vas-y. Abandonnes moi, toi aussi. Vous, les mecs, ça a l'air de vous plaire, d'me laisser quand j'ai besoin de vous.

Je ne veux pas rentrer. Pas tout de suite. Laissez moi encore un peu de liberté. Juste une pincée pour que j'ai l'illusion que tout va bien dans ma vie. Un de ces liquides qui ramollit ton corps. cette fumée qui pique les yeux mais qui détends tes muscles. Le silence.

"La Bleue ou la Rouge ?".

Un sourire forcé, un œil plissé, une pupille dilatée, un froncement de nez, un battement de cil, un trait crispé, une morsure de lèvre, un détournement de regard, une respiration trop brusque, une moue dissimulée, un air hypocrite. Chaque mouvement, chaque expression, Kath l’interprète. Elle ne peut plus vivre dans son monde de faux semblants. La déception de sa fille. La pitié de son fils, la peur d'un autre. Et la tristesse de son mari. Tous ses sentiments cachés qu'elle n'arrivait pas à percevoir lui giflent le visage dans une douce violence.

Je ne peux plus rester. C'est trop dur de faire face à tout cela. Insupportable. La grande maison devient un petit studio. Le paquet sale, la poussière, la vaisselle terne, l'odeur de tabac et d'alcool, les volets à peine fermés, la porte qui grince, le canapé miteux, les papiers éparpillés, les vêtements froissés, le bruit désagréable du néon de la cuisine, le TicTac du radio-réveil, les cendriers qui débordent, les bouteilles vides, les canettes déformées, la pizza moisie, les sanglots dans la nuit.

" Je veux qu'on divorce. "
Caractère

Enfant, n'avez-vous jamais essayé d'attraper la fumée qui s'émanait de la cigarette de votre père et qui dansait autour de lui pour monter jusqu'au plafond sans jamais parvenir à l'attraper ? Eh bien, Kath, c'est pareil. Kath, c'est le genre de femme qu'on veut essayer d'attraper mais qui fuit sans cesse. Elle brûle. Elle brûle à une telle vitesse que sa fumée t'enveloppe et se colle à tes vêtements. Elle te pique les yeux, te donne envie de pleurer, te fait tousser mais tu t'en fous et t'en redemandes. Le genre de clope à l'ancienne, celle que tu préfères de loin à celles mentholés et celles goût fraise. Kath, c'est la clope qui, quand tu la fumes trop vite, salope tes vêtements en te balançant sa cendre toute chaude. Celle qui te brûle les doigts quand t'y fais pas attention. Kath, c'est la fumée qui pollue tes poumons et quand t'essaie de la garder trop longtemps, tu tousses comme un con. Kath, c'est la dernière clope de ton paquet, Kath, c'est la clope qui te refile le cancer. Kath, c'est le mégot écrasé qui meurt en silence dans ton cendrier.  

histoire
Lors d'un après-midi de canicule, en début du mois de juillet de l'année 1994, au sud de l'Italie, la famille Cavalcante accueille en son sein ce jolie bouton de rose qu'est Katherine Maria Linda Cavalcante. Un bébé aux grands yeux bleu-gris, au caractère bien effronté. Très vite, ses parents, ses quatre grands frères et elle migrent vers le pays où tous les rêves sont possibles. Et quoi de plus beau comme endroit que New Haven ? Katherine entame donc une vie paisible.

« Diego Cavalcante, c'est le genre de gars qui rêve sans cesse. Il rêvait d'une vie parfaite, avec pleins d'enfants et de petits enfants, une sorte de paradis dont on parle quand on est gosse. Du coup, quand je suis née, j'ai pas eu le temps d'arracher ma première dent qu'j'me retrouvais dans l'avion. On s'est installé, le daron a trouvé un job, sans prétention. Mama restait à la maison, pour s'occuper de mes frères et moi. Lucas, le plus âgé, venait d'avoir 17 ans et distribuait le journal pour quelques cents. Angelo passait son temps à lire dans le salon alors que Rocco et Pietro jouaient aux jeux vidéo. Samedi, Mama nous faisait des gâteaux et parfois, on allait au cinéma tous ensemble. Le dimanche, on allait à l'église. Rocco n'aimait pas mettre son costume et Lucas n'arrivait jamais à trouver ses belles chaussures. Mama me mettait ma jolie robe bleue avec les petites fleurs, celle que Papa adorait. Parfois, Angelo me donnait des sucettes qu'il achetait sur le chemin de l'école, en cachette pour que les autres ne soient pas jaloux. Le mercredi, quand Lucas n'avait pas cours l'après-midi, il m'emmenait au parc pour que je joue avec Manuel pendant qu'il draguait la baby-sitter. Le soir, quand Rocco et Pietro se disputaient pour savoir qui aurait la dernière part de tarte, Papa lançait son fameux regard noir et finissait carrément par prendre la bouffe pour lui. « Comme ça, pas de jaloux. » qu’il disait. On vivait bien, tous ensemble. On était normaux, quoi. »  

Son adolescence connait cependant certaines perturbations. La jolie italienne aime le risque, au point où elle joue à maintes reprises avec le feu, manquant à chaque fois de se brûler. Des fréquentations peu recommandables, la clope au bec à toute heure de la journée, une réputation douteuse, la jeune Kath' se fiche éperdument de son avenir et vit au jour le jour. Puis son père meurt. Crise cardiaque. Un gros choc pour la demoiselle qui se fait oublier un temps.

« Des jupes trop courtes, une odeur de tabac collée à la chemise trop ouverte et mes cuisses plus ouvertes que les hippies naturistes du trottoir d’en face. J’étais une pute. Faut l’avouer. Je me tapais n’importe qui, fumait n’importe quoi, baisais n’importe où. Je pensais profiter de la vie. J’aimais le sexe. J’aime toujours le sexe. Mais j’étais jeune et pas assez mature pour en mesurer les conséquences. Les filles me regardaient mal, les mecs me regardaient trop. Les profs étaient constamment sur moi et moi j’étais constamment sur une queue. Ma langue a exploré bien plus d’endroits qu’Indiana Jones avec ses ruines à la con. J’étais une salope et je l’assumais entièrement. »

« J’étais rentrée tard. Trop tard. Au moment de m’enfermer dans ma chambre, j’ai vu Diego me regarder dans les yeux avant d’écraser sa clope dans son cendrier et de partir dormir. Le lendemain, j’ai eu du mal à me lever, j’avais encore la gueule de bois. Papa est rentré dans ma chambre pour me réveiller, mais je n’ai pas trouvé la force. Il m’a dit « Je t’aime » et il est partit. J’ai rien dit. J’ai absolument rien dit parce que je savais qu’il était déçu et qu’il aurait voulu que son unique fille soit plus respectable que ça. Mais à l’époque, je me disais que ça passerait, qu’il finirait pas se rendre compte que c’est foutu pour moi. Puis Angelo est rentré dans ma chambre, lui qui n’habite même plus ici. « Kath. C’est Papa. Il … ». Et c’était fini. Je ne pouvais plus dire « Moi aussi, je t’aime, Papa. ». »  


Elle parvient, malgré son livret scolaire plus que bordélique, à avoir son diplôme de justesse. Elle déniche une petite faculté de marketing où elle revoit Manuel, un ami d'enfance avec qui elle était très proche à l'école primaire. Le contact passe très bien et ils entament une relation. Après un an ensemble, ils se marient et Katherine tombe enceinte.

« Manuel Francis Puzo. Il était là, assis dans la rangée du milieu, vers le fond. Ses cheveux châtain clair, ses beaux yeux verts, son sourire, j’étais tellement folle de son sourire. Il était devenu grand, environ un mètre quatre-vingt-cinq, toujours aussi athlétique. Il était tellement beau. Son regard a croisé le mien et son visage s’est illuminé. Il m’a reconnu. J’ai rougi. Puis les choses ont vite évolué. Il arrangeait une mèche de mes cheveux. Je lui prenais la main. Il me touchait la joue. Je caressais sa peau. On s’embrassait. On était amoureux. On avait pas vingt ans. »

« Un appartement. Une bague. Un test de grossesse. L’échographie montrait trois petits fœtus agglutinés dans mon ventre. Manu avait changé d’orientation depuis longtemps et poursuivait son rêve de devenir enseignant. Je continuais mes études par correspondance, Mama voulait que j’aie ma licence. C’était dur. Vraiment. Les bébés, l’appartement, les factures, les cours, la grossesse. Mais le jour de l’accouchement, j’étais si heureuse. Trois petits bébés. Deux garçons et une fille. Andrea, Mathéo et Eva. »


Kath réussit à décrocher sa licence et prit la décision d’ouvrir un pub en ville. Chose compliquée pour une mère de trois enfants. Mais l’italienne n’était pas du genre à se laisser abattre. Elle travaillait sans cesse, se battait corps et âme pour l’établissement qu’elle avait fondé. Elle rentrait tard. Trop tard. Toujours trop tard. Elle était fatiguée. Manu était trop passif et Kath trop active. Ils ne communiquaient plus comme avant. Ils s’éloignaient. Ça a commencé par ne plus l’attendre pour dîner. Puis on part dormir avant qu’elle rentre. Puis on part plus tôt au travail. Puis on ne l’embrasse plus le matin. Puis on se dispute. Puis on dort sur le canapé. Puis l’étincelle disparaît dans la nuit.

Quand Kath a commencé a changé, Manu ne l’a pas supporté. Elle devenait arrogante, bien plus que d’ordinaire. Elle ne jouait plus au Papa et à la Maman. Elle ne jouait plus tout court. Les papiers du divorce ont été signés. Elle est partie. Aujourd’hui, elle vit seule, dans un studio non loin du pub. Lucas a fondé une famille. Angelo est devenu libraire. Rocco travaille dans le bâtiment et Pietro est agent immobilier. Manu est prof d’économie à l’université de Yale. Andrea, Mathéo et Eva ont quinze ans et vont toujours au lycée. Et Kath, elle survit. Seule.


MIMIMMENSE
Je sais faire des pâtes.
19y.o
f.
negapi
Messages : 88
Date d'inscription : 28/02/2017
Localisation : Canapé
Jung-Myeon Hyeon
rouge
avatar
Kitkat(h) !

Un joli début de fiche ça <3 Vu ta capacité, il faudra absolument que nos personnages aient un lien. Je vais commencer à réfléchir héhé ! Bon courage pour la suite, hâte de lire ça indy
Messages : 171
Date d'inscription : 26/02/2017
Indiana A. Jones
bleu
avatar
Bienvenue Kit-Kath ♥

Ce don est vraiment trop bien et la description est magnifique ! J'ai hâte de lire la suite, ça fait plaisir d'avoir une maman par ici. Indy viendra squatter dans son pub, sisi.

Bon courage pour la suite !
Messages : 16
Date d'inscription : 09/03/2017
Mieczyslaw V. Seok
bleu
avatar
PTAIN TROP DE FEELS.
JE SHIPPE MANU ET KAT JE SUIS DESOLEE WTF.
J'ai souffert là je veux la suite stp. cry
Messages : 234
Date d'inscription : 21/02/2017
Localisation : Chapel Street
Arsen B. Eastwood
bleu
avatar
BIENVENUE Étincelle
Je ne sais pas quoi dire. Tu as dit que c'était ton premier forum rp, je n'arrive pas à le croire... TELLEMENT DE TALENT. EN TOI.

Parlons de la manière dont tu as esquissé ton personnage. J'ai beaucoup aimé la métaphore sur la cigarette. Efficace et parlante, elle en trace les contours, l'histoire est merveilleusement écrite, tu passes de la petite fille à la femme avec brio, c'est émouvant, attendrissant, mais aussi rapide et sale, écorché un peu comme la vie de Kath. Chaque scène est décrite avec beaucoup d'émotion et de précision, tu décris des scènes. C'est beau, c'est triste aussi, c'est Katherine. J'aime beaucoup le personnage et ta plume, je meurs devant tant de talent.
Sans plus tarder...
Toutes mes félicitations tu rejoins le hall des plus bgs. Tu peux donc aller recenser ton avatar ICI et ton irl ici ICI, mais aussi recenser ta particularité ICI et pourquoi pas créer ta fiche de lien par là. Et le plus important tu peux désormais crâner devant tous les roses non-validés du coin (& leur donner envie de faire leur fiche) et aller RP et faire une demande ici Suffit de commencer un nouveau sujet et de remplir le formulaire.
DES BISOUS ♥
Messages : 85
Date d'inscription : 09/03/2017
Katherine Cavalcante
bleu
avatar
JUNG-MYEON HYEON > Oh, c'est gentil ! love Et tu as raison, faudrait qu'on réfléchisse à un quelconque lien ! Tu me tiens au courant happy


INDIANA A. JONES > Oooh, gentil petit Indy ! Mais attention, Kathy n'est pas une Maman facile, si jamais tu fous la merde dans son pub, elle t'écrasera sa clope entre les yeux. love (Sisi. Mais je t'aime !)


MIECZYSLAW V. SEOK > BABE ID1HZIDHID hihi oui, Kath/Manu c'est le love. Mébon. Elle est célib' maintenant, huhu.  bobo  ring


ARSEN B. EASTWOOD > Ohlalalala, c'est trop de compliments pour ma modeste personne, ça va trop me faire rougir 😊 Mais en tous cas, merci ! Pour ton travail, pour ce forum, bravo. love
Messages : 182
Date d'inscription : 12/03/2017
Adelbert Zimmermann
rouge
avatar
Ton histoire est un véritable b i j o u. ♥ Je ne sais pas mettre des mots clairs sur tout ce que j'ai ressenti en lisant cette fiche mais... C'est beau, vraiment. Les personnages comme Kat sont tellement rares. J'adore ce que tu en as fait, les images que tu utilises pour décrire chacun des événements (j'ai eu l'impression de voyager en Italie, grâce à tes mots), et le développement de chaque personnage autour d'elle.

J'aime aussi l'idée du divorce, qui sonne plus comme une fatalité avec personne comme "grand fautif" dans ta fiche. Dans le fond, ce qui me séduit, c'est tout ce réalisme et ces émotions qui volent autour de Kat. ♥
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
 
Un uomo che non prende cura della sua famiglia non diventerà mai un uomo.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un uomo che non prende cura della sua famiglia non diventerà mai un uomo.
» [La Storia Della Arcana Famiglia] Présentation
» Coré Williams - Legittima discendente della dea e unica piccola ragazza
» L'ordine della verra belleza !
» Emeraude Della Rovere
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Happy Pills :: Avant de commencer :: Registre :: Hall of fame-
Sauter vers: